Visite postnatale #episio

Après une grossesse, de multiples visites avec suivi régulier, après un accouchement génial ou non, on tente d’apprivoiser ce nouveau quotidien dont on ne connaît rien si primi.La consultation POST NATALE est souvent à la fin des 6-8 semaines post accouchement, un examen de routine qui réunit plusieurs fonctions. (Bilan gynéco, bilan psycho, bilan quoi….)


E P I S I O   O U   N O N


J’ai presque hésité à zapper ma visite post partum…  (C’EST MAL, TRES MAL, IL NE FAUT PAS LE ZAPPER!!!).
-J’avais en prime programmé ma visite à ma sortie de la maternité et même un rappel dans l’iPhone.-M A I S On m a dit que c’était esssentiel et au final je me dis que O U I elle l’était.Non seulement J’ai eu deux points à ℒilas-ℬeℓℓe (Oui oui déchirure, non non pas épisiotomie).
J’ai voulu savoir si tout était à nouveau ❝normal ❞, pouvoir faire le point sur cet espace intime qui avait donc bien retrouvé sa place d’antan, d’avant bébé. Évidemment j’ai voulu voir MA gygy, même si elle n’était pas présente pour mon accouchement, j’avais et j’ai confiance en elle, donc la suite était logique!L’avantage? Elle connaît mon parcours, mes angoisses, mon mode de fonctionnement, je suis à l’aise et on se connaît. Tu ne le sais sans doute pas mais je suis une personne qui prépare des listes de questions (si j’en ai) et qui adoooooore (qui a besoin) de comprendre les procédures, déroulement, ce qui va se passer et le pourquoi du comment…
C’est comme ça. Je suis curieuse et peut-être que ça me donne l’impression de contrôler…Ah le contrôle
Je n’ai pas eu d‘épisiotomie car j’étais contre et que je voulais que la nature décide elle-même simplement M A I S   c h a c u n   s o n   c h o i x   : )


A p r è s   l ‘ a c c o u c h e m e n t


{{ OYE OYE âme sensible s’abstenir pour ce qui va suivre, surtout si tu n’as pas eu d’enfants!!! }}

Ayant eu 2 points internes et un bébé qui est passé par là, on peut appeler communément ma ❝ kikinette ❞ un chou-fleur!!!!!! Oui rien que cela, non je n’exagère pas (merci l’œdème)… Du moins l’effet au toucher – W H A T – Oui car je me lavais l’endroit à la main pour ne pas irriter le chantier! Comment te dire que m’asseoir était insupportable, si y a bien un point que je déteste en mode post partum c’est ça!!!!! Mais quelle horreur!!!Ensuite j’ai écouté le corps médical et enfilé des culottes filets… (on aurait pu utiliser ce truc pour faire les courses tellement c’est grand 🤣 ) mais au moins pas de tâches sur mes jolies culottes personnelles post partum (pour le glamour on repasse) et en plus pas de germes, hop poubelle, j’exagère j’avais acheté des culottes en coton (pour éviter le surplus de transpiration du à la matière synthétique) en solde chez Kiabi (elles sont à la poubelle).Je vais cependant te faire une confession… Je n’ai eu aucune serviette écologique Green ou autre pour le post accouchement!!!J’ai pas pensé à cela…Je dis serviette mais je devrais plutôt dire ❝ couche❞ …
Je te conseille d’en prendre des très épaisses et avec un voile coton (ben oui un chou fleur c’est fragile). Mais non on ne jardine pas, suis un peu nondidju! (Nondidju est une expression belge ♡ ).M’asseoir était compliqué et pour allaiter ℒilas-ℬeℓℓe je tentais de m’allonger un maximum, lorsque les gens venaient j’essayais de me mettre en position tailleur mais au début c’était quand même un peu, beaucoup gênant.


T u   v e u x   d e s   c o n s e i l s   p o u r   é v i t e r

d e   t ‘ a s s e o i  r   co  m m e  u n e   m e u f / c a n a r d ?


Ce que j’ai fait un peu tard? Faire Pipi sous la douche diminuait les « brûlures ».Un cold pack pour les premiers jours (que tu conserves au frigo, ouiiii tu en as dans ta chambre d’hôpital). Le froid permet la vasoconstriction des vaisseaux sanguins oui oui c’est du sérieux.Tu connais mon amour pour l’homéopathie? Et bien l’arnica 15ch était mon meilleur allié 2x/jour 5 granules.J’appréciais aussi Laaaaaaaargement les soins des sages femmes… Bon ok c’est un peu open-foune vu le changement régulier de personnel de l’hôpital mais voilà j’avais donné la vie alors bon le reste …. hein!Évidemment une bonne hygiène est primordiale, milieu humide (sang) ne favorisant pas la cicatrisation notamment.Veiller à s’essuyer, lors du passage au toilette, de l’avant vers l’arrière.Après wc / douche s’essuyer en TApOTANT délicatement! Si si! Tu verras si tu n’es pas douce tu ne le feras qu’une seule et unique fois:).Pour accélérer la guérison j’ai aussi utilisé ma redoutable huile essentielle de rose musqué diluée dans de l’huile végétale de calendula…A appliquer sur la plaie (dès mon retour à la maison), mieux vaut consulter le corps médical car je ne suis pas médecin et chaque personne est différente…Aussi, personnellement, après accouchement, mon transit est devenu… paresseux?
Le pauvre il a morflé… Du coup j’ai vraiment mis l’accent sur les légumes verts riches en fibres, et j’ai même utiliser un peu de jus de pruneaux… Oups…


P e n d a n t    c e    p e t i t    e  n t r e t  i e n


Et après vérification que l’utérus soit bien en place et de taille normale, que les pertes de sang diminuent, que le périnée soit tonique, que les fils (épisiotomie ou non) soient partis… Et bien on parle contraception, à ce jour je n’ai toujours pas posé mon stérilet (anti pillule)…Merde Ꮥienna-ℛose nous a réclamé un frère il y a 3 jours!!! J’appelle l’hôpital dès demain 😅.On parle retour de couches (imprévisible et encore plus lors de l’allaitement).On parle allaitement et vie sexuelle (perso après les accouchements on laisse tranquille chou fleur, chou de Bruxelles ou kikinette), mais c’est cool de pouvoir avoir des réponses à d’éventuelles questions.On fait un peu le tour de comment ça va avec bébé et surtout comment va le moralllll… C’est d’ailleurs l’occasion de poser des questions en cas de doute (allaitement, sommeil, alimentation, conseils…). C’est aussi le moment d’évoquer un éventuel baby blues.Puis en réalité, ça m’a fait du bien de parler avec elle, elle est super ma gygy, on parle de beaucoup de choses comme si on était copines. Elle rencontre bébé en prime, oui je suis allée avec les deux filles, monsieur travaillait, et personne ne savait les garder, puis bon, je gère easy les deux surtout plus petites…cropped-capture-d_c3a9cran-2017-12-06-c3a0-15-24-09.png

Publicités

Et puis je suis devenue Maman #ladymum

Hier, je regardais des photos… Jusque là rien de transcendant, me diras tu! ET pourtant, pour moi SI!

Le bouleversement…

J’étais une jeune fille joviale avide de voyages, de lectures, de moments avec ses copines, avec son amoureux. Toujours fourrée à gauche à droite… Une jeune fille qui pensait à s’acheter là dernière paire de shoes à franges repérée dans une de ses boutiques préférées (que la CB, elle par contre n’adorait pas du tout). Une fille apprêtée qui ne pensait au final qu’à elle. En passant, rip mes cheveux longs, mon visage de poupon, ma ligne plus svelte, mes rides en moins….

Je pensais à mes décos, remplir mes jolis cadres de beaux imprimés, de chouettes citations… Ranger le plaid à tel endroit (ben oui c’était plus joli, plus branché, plus cosy..)

Je prenais du temps à me pomponner, faire des essais makeup (qui parfois, je l’avoue complètement ridicule). Comme tu as pu le comprendre je m’occupais de mon bien-être avant tout.

Je n’ai jamais été la fille qui se levait tard le matin, mais j’aimais bien trainer au lit (ouais pas trop longtemps, le matin j’ai faim et mon meilleur ami dans ce cas là était et restera MON PETIT DEJEUNER).

J’avais fait de ma vie, un petit foutoir bien rangé, bourré de ses imprévus mais aussi de ses habitudes… Tu sais ce tableau étrangement joli avec quelques éraflures à gauche à droite.. et bien c’était ma vie.. Et pourtant je pensais déjà à l’époque que j’avais plus le temps de rien… (AHAHAHA mais quelle cruche je faisais…. Si j’avais su qu’avant j’étais en VACANCES).

Et puis, un jour, sans prévenir… UN ENFANT. MON ENFANT!

Et là, bien que je te parlerais du bouleversement émotionnel qui ne prévient pas, mais c’est pas le sujet. Il t’attrape comme ça, au coeur, au ventre, à la gorge, à la tête… BREF CHOSE COMPLETEMENT INDESCRIPTIBLE SI TU N’ES PAS MAMAN (OU PAPA).

Ma vie qui me semblait si légère et si facile s’est littéralement transformée.. En foutoir!

J’ai réalisé…

Et bien, je n’étais plus en vacances (ça tu l’as compris aussi bien que moi, je ne l’ai réalisé que lorsque Sienna-Rose est arrivée dans notre vie).
D’un coup je passais de jeune femme à MAMAN!!! M-A-M-A-N, MOI!!!!
Et c’est merveilleux (ouais ok j’ai des cernes..).

Électron libre en tout temps me voilà ancrée dans la maternité, attachée à ses enfants comme une ancre à son bateau.

Un enfant c’est repenser sa vie. C’est avoir moins de temps dans ta salle de bain (oui oui il faut oublier le livre que tu lisais dans ta baignoire avec de la mousse et des bougies...).
C’est s’oublier soi, pour le bien être d’autrui (bébé ;)) c’est être constamment sur le qui vive, une maman à l’affût du moindre bruit, du moindre souffle (oserais tu me dire que tu n’es pas allée plusieurs fois vérifier que bébé dormait en mouillant ton doigt et en le mettant tout proche de son nez? on est d’accord ). C’est délaisser tes amis… Tes soirées…
C’est paniquer à la vue de la contenance d’une couche avec une couleur suspecte. (non mais c’est dingue, ça tourne clairement pas rond chez nous… =D)
C’est ne plus avoir ton style de déco scandinave que tu affectionnes tant, et au fond c’est pas grave.. tu y vois la vie et c’en est même rassurant de trébucher sur un hochet. Toi aussi tu souris lorsqu’en bougeant un coussin tu tombes sur un nounours oublié. Ou même quand tu respires son doudou profondément (comme si ça t’apportait une force de super guerrière « hashtag mamantarée »), et je sais QUE toi aussi tu as essayé d’y mettre ton odeur 😉  et ne mens pas je suis passée par là  hahahaha.
Et mes cadres? nan mais j’ai jamais compris les parents qui mettaient des photos des gosses partout, et tu sais quoi? mes cadres, ben ils ont délaissés les belles images, les citations, pour…. Ben des photos de mon bébé. (Oui mais moi même que c’est pas pareil..)

Et ma CB? Ma cb elle fait encore plus la tête car à présent je n’achète QUE pour elles, des choses dont j’ai pas besoin. Oui la tentation est très grande pour nos bébés, et notre côté chouichouille craque toujours pour les nouvelles mignonneries qui arrivent sur le marché. (même quand on en a clairement pas BESOIN et que ça reste dans un carton ou délaissé dans un coin de la maison, tu le sais ça finira en vide dressing ou en cadeau à la cousine Jocelyne). Bien qu’avec ℒilas-ℬeℓℓe j’ai appris à recycler un max et moins tomber dans le panneau 🙊

Oui parce que le deuxième bébé est arrivé comme par magie aussi, aaaah les aléas du cycle menstruel qui te joue des tours 😂😂😂

Mes matins ne sont plus les mêmes, mon estomac a appris à patienter (pas trop longtemps quand même), mes « amis » ont pris la porte de sortie, mais le sourire que mes filles me réservent le matin lorsque je vais les chercher comble beaucoup.

C’est vrai c’est pas facile chaque jour… Penser à tout, s’oublier un peu, l’opinion des autres, l’éducation positive, les échecs, la fatigue, les tasses de café oubliées sur le coin d’un meuble, le livre commencé qui prend la poussière, l’aspirateur en surchauffe, le manque de temps pour toi et les gens autour, ta garde robe qui fait la gueule, tes cernes qui te narguent, le réveil qui ne sert plus à rien, le stress permanent d’une maladie, D’une sortie, d’un oubli… Cette course à l’élite de DEvOIr être la meilleure maman… C’est vrai je ne suis plus cette fashionista, mais je suis devenue une maman naturelle qui cherche de multiples alternatives qui crée des recettes maison et qui pense à l’essentiel pour ses filles, pour elle même et ce au quotidien. J’apprends aussi à me surpasser et je découvre de nouvelles passions, j’échange avec de nouvelles personnes qui pensent comme moi, qui ont des enfants et qui comprennent le quotidien d’une maman. Qu’est-ce que c’est bon d’avoir des retours et d’échanger avec autant de personnes ♡.

Mon ancienne vie a gardé certaines choses et la nouvelle ne cesse de me surprendre.

La maternité ce n’est pas tout rose mais dans le prisme de l’amour, on apprend d’autres choses, on gère les priorités, on grandit un peu aussi, on aime à l’infini et on ne cesse de s’infinir…

On a la gueule en travaux mais on est reconnaissant, et puis on pense que dans 5 ans on récupérera nos soirées et qu’elles auront un goût bien plus doux. Peut-être qu’on rêve un peu plus dans le fond.. Peut-être aussi que l’on prend plus de recul sur beaucoup de choses, peut-être qu’on se sent un poil plus fagile alors qu’on est encore plus solide, comme un roc… Un enfant c’est une fragilité exposée, c’est offrir au monde ce qu’on a de plus précieux. C’est se mettre à nu et c’est trembler à chaque instant.

La maternité a tout changé. On ne peut pas se projeter et on est loin de se douter des impacts sur toutes nos habitudes, sur tout ce qu’on croyait acquis… Il y aura des coups durs et il y aura l’horizon. La maternité et sa complexité.

Les rires d’enfants c’est du baume guérisseur, c’est ce don de faire naître le bonheur… C’est la vie en couleur…

Hier je n’avais pas 30 et je n’avais pas d’enfants, hier ma vie était belle mais hier il me manquait quelque chose..

Accouchement Lilas-Belle

Cet article je l'écris mais je n'encourage pas les jeunes mamans à le lire.

Chaque expérience est unique! Chaque femme est unique, chaque grossesse, chaque bébé. On ne peut comparer, nous ne sommes jamais assez préparées aux caprices de la vie et au déroulement d’un accouchement.

J’ai couché sur page blanche virtuelle l’accouchement de Ꮥienna-ℛose, un accouchement harmonieux même si mon projet de naissance n’a pu aboutir, j’en garde un souvenir doux et paisible (pour pas dire fantastique et idéal ♡ ) . Je ne pouvais rêver mieux, un travail efficace qui avance très vite, un accouchement rapide sans encombre malgré le cordon autour du cou… Un papa timide, ému et dépassé par le lot de nouvelles émotions… Un bébé parfait qui tête directement, qui ne pleure jamais et prend du poids en un temps record.

POuR ℒilas-ℬeℓℓe, tout s’annonçait de la même façon à quelques nuances près.

MOI!

J’avais lu des récits de mamans que je suis sur les réseaux et où l’accouchement n’était pas des plus faciles… Ça a trotté dans ma tête… Sans doute un peu trop…

Armée de mon homéo ( mais si je t’ai bassine avec cela), j’étais cependant rassurée… Confiante de par ma propre expérience d’il y a deux ans 🙂 mais pas tout à fait… et si quelque chose clochait?

On ne peut rien prévoir à l’avance… Pas même seigneur Gyneco, c’est pour dire 😅

Mon histoire:

Nous sommes le lundi 21 août 2017. J’ai demandé à ℒilas-ℬeℓℓe de venir soit le lundi soit au plus tard le mardi POuR que nous puissions fêter l’anniversaire de sa grande soeur (3 jours plus tard le 25) OU de venir à partir du 26 ✨.

C’est la nouvelle lune et en plus c’est l’éclipse lunaire…

Je suis chez belle-maman (depuis presque 15 jours Car je veux accoucher dans une maternité précise, j’assume mon côté relou).

La nuit est tombée, et dans le fond je le pressens, elle pousse, bas du ventre douloureux, mais sans plus… Puis voilà le mal dans le bas des reins… Outch, début de travail?

Il est l’heure de coucher Ꮥienna-ℛose (22h), mon tendre bebe premier! Je le sens, je la colle, je poste une photo sur les réseaux (snap et insta direct) je la respire, je sais que je vais bientôt être séparée d’elle. Je prépare les derniers sacs, trousse de maquillage, dernières culottes sèches (ouais Car de cette taille j’en ai pas 30009), de la monnaie, check du reste.

Ma soeur au bout du fil, je perds les eaux! Ohhhhh ben moi qui imaginais en mettre partout c’est loupé, un peu, beaucoup, un peu selon mes mouvements mais pas si terrible que cela…

Je réveille belle maman… j’appelle mon père.. Merde je dois appeler ma grand mère j’ai sa voiture en prêt (la mienne est restée à notre appart vu qu’on m’infantilise depuis cette fin de grossesse). Mon père démarre, ma belle-mère garde Ꮥienna-ℛose donc change de chambre au cas où elle se réveillerait de la nuit.. j’ai le cœur en miettes je n’ai pas eu le temps de lui expliquer que maman partait à la maternité, qu’elle allait rencontrer sa petite soeur et tout ce que j’avais mis en place pour finaliser cette préparation que j’aiguise depuis de longs mois… Ma douce, je m’en vais pour une autre douce, mais vous serez vous deux, toujours mes priorités, dès mon retour je serai encore plus maman Louve.

Je prends la route, je vais chez ma grand mère à 7 Minutes, avec cet essuie saumon coincé sous les fesses pour éviter de baptiser à tout jamais cette voiture qui n’est pas la mienne. Ma grand mère est là en robe de chambre, elle me prend les mains et me souhaite que tout se passe bien. Il fait noir, mais dans ses yeux on peut le voir, elle stresse… Mon père est déjà là, avec ma belle-maman, tous les deux excités mais le père est un peu (beaucoup) stressé…

Vincent est en chemin (2h de route). Je croise pour ne pas accoucher dans la foulée…

Il est minuit, le monito est terminé, col à 2.

Il n’est pas 2h Vincent est là, il est beau, il a les traits tirés. Un gamin à peine réveillé. Je lui propose de dormir un peu… je contracte… La sage femme revient me voir et col bloqué à 2, 1h, 2h… les contractions s’accentuent, je fais du ballon, je marche, je caresse mon ventre (ma fille?), je lui parle et je me rassure. Il fait nuit, il pleut… Je rêvais d’accoucher la nuit!

Les contractions sont toutes les 1min30!! J’ai mal, mon corps qui se raidit, je continue à faire du ballon, seul endroit où j’arrive à respirer et à ❝maîtriser❞. J’appelle la sage-femme, col bloqué à 2.

Ahhhhh mais je t’ai pas dit!! Moi la blonde désemparée qui a cherché dans chaque sac qu’elle a emporté! L’homéopathie n’est pas avec moi…. Mon amie l’angoisse elle par contre s’est invitée à la fête…

Col bloqué à 2! Et il ne bouge pas, ℒilas-ℬeℓℓe va bien, moi je fatigue il est 9h du matin… Je vais donc accoucher en plein jour! Le travail a commencé à 19h la veille.

L’équipe revient et m’annonce qu’il va falloir aider le travail, qu’il faut éviter que ilas-eℓℓe soit en souffrance fœtale, qu’elle n’a plus de liquide amniotique, et qu’il ne faut pas la fatiguer plus. La pauvre elle pousse, elle pousse et se heurte à ce fichu col qui ne s’ouvre pas…

Je baisse les bras… Je ne voulais pas passer par la voie médicamenteuse mais ma fille est ma priorité alors mes principes je les révise. J’accepte et je panique un peu. Je sais que ça va être plus douloureux! Au bout de la troisième vague de 20 Minutes (où on augmente les doses) je n’arrive plus à gérer… tout va trop vite, je ne sais plus respirer. Je panique. Vincent désemparé… Bye le projet de naissance!

Échec: je demande la péridurale.

Le col s’ouvre! Il était temps!
Il s’ouvre très vite du coup, la péridurale commence son effet…

Et là c’est le début du vrai stress.

Mon corps ne supportant pas les médicaments ma tension baisse. Je me sens mal, j’ai envie de vomir, je tremble à tel point que cela m’effraie, je veux dormir, je lutte pour mes paupières, je le regarde lui comme pour m’excuser. Dans ma tête tout tourne, comment vais-je faire.

Je lui demande si ma tension est bonne, 6,4! Ma tension est de 6,4 on appelle les sages-femmes, Elles appellent l anesthésiste. Je le vois, tout le monde se presse, on me parle, je lutte et je sombre en même temps. Trop de sentiments… j’ai oublié ℒilas-ℬeℓℓe, concentrée sur mon état j’ai oublié mon bébé!

On tente plusieurs choses, ma tension remonte vers 8 pour retomber aussitôt à 6… L’équipe est formidable, ils sont francs et en même temps bienveillants.

Dilatation complète!

Bordel! Mon bébé va sortir!!! Je me sens mal, je m’excuse auprès de Vincent et je fonds en larmes! Je vais pas y arriver, et si je mourais ici là maintenant… Ne plus revoir Ꮥienna-ℛose… Ne jamais connaître ℒilas-ℬeℓℓe… Il s’énerve et me booste, a presque m’engueuler. Je me sens tellement faible entre les vomissements et cette envie de fermer les yeux, je me sens dépourvue de force!

Rien n’est plus mortel qu’une idée. J’avais appréhendé mon accouchement, même si j’étais prête, mon homéopathie oublié m’a donné un coup de massue! Je n’aurai pas dû lire d’autres récits d’accouchement et pourtant à Ꮥienna-ℛose ça m’avait boosté…

Puis la vie a repris ses droits et l’espoir à suivi, la confiance s’est faite timide mais elle n’était pas loin. Je me suis mise à penser à ma fille! À nos filles. Mais surtout à ℒilas-ℬeℓℓe qu’il fallait sortir! Et puis il y avait LUI, fort et rassurant, anxieux et aimant.

Poussez!

6,4 de tension, je pousse comme je peux et ma tension remonte, comme si mon corps avait compris l’enjeu. Je m’accroche, et lui fait tout! Il m’aide, je le sens, il a peur, son corps contre le mien, ses bras qui me soutiennent je reprends des forces MAis c’est pas la joie! Entre deux poussées je suis au bord de l’évanouissement, j’ai mon bac à vomito contre mon visage et contre celui de l’homme aussi, il a du galéré le pauvre. Niveau glamour on repasse, je tremble toujours autant, je meurs de froid. Mais il est là son souffle sur mon visage, et sa voix qui m’encourage.

Poussez!

On y retourne! J’oublie de respirer calmement! Je suis épuisée comme je n’ai jamais été! Je respire, je respire!

Je suis désolée monsieur, vous ne pouvez pas couper le cordon!

ℒilas-ℬeℓℓe avait le cordon autour du cou, rien de grave en soi, il a juste fallu être très réactif pour éviter les complications.

J’ai tout donné lorsque j’ai senti qu’elle était là, qu’il fallait que je la sorte, qu’il fallait que je la rencontre. Qu’il fallait que je vois qu’elle au moins était en forme.

Petite fille toute bleue… Et dire que tu as failli t’appeler ℒilas-ℬℓue… arf!!! Tu es là, tu pleures…. je te palpe, je vais mieux! La vague d’amour est arrivée comme une décharge électrique! Le stress et l’amour qui s’entremêlent et tout le reste qui ne s’explique pas! Comme pour ta soeur, petit amour, c’est mon cœur qui en a pris plein les ventricules. En amour total, étonnée de ne pas voir la tête de Ꮥienna-ℛose mais bien ta bouille à toi. Se rencontrer, faire ta connaissance. S’apprivoiser et ne même pas se poser de questions sur ce que l’on ressent. La chair de ma chair, mon sang, mon enfant!

L’euphorie… L’amour surtout! Et puis lui a mes côtés..

On y est arrivé
L’un contre l’autre, l’un avec l’autre pour faire naitre notre enfant.

Je n’aurai pas su accoucher sans toi, tu as été ce phare dans la pénombre. Tu as été mon guide, tu as été un roc, tu t’es tellement impliqué dans cet accouchement! J’ai tellement eu peur de ne plus te revoir, j’ai tellement eu peur de décevoir ceux que j’aime!

J’ai tellement eu peur et je sais que toi aussi!

Je t’aime de tout mon cœur, je crois que cette naissance a renforcé et a changé tant de choses… Les consciences s’élèvent, les évidences se lèvent, c’est mon cœur en éveil reconnaissant.

ienna-ose a fait de nous une famille comme le dictionnaire l’indique, ilas-eℓℓe a soudé cette famille.

Nous sommes 4 et je suis heureuse d’être rentrée à la maison. J’ai délaissé l’homéopathie si quelqu’un les veut ➳ les tubes sont neufs … ahaha

Je profite des miens et rien n’est plus important.

Chaque histoire est différente.

Le bonheur est au rendez-vous et c’est ce qui compte, à revivre, je ne changerai rien! ♡

Mon accouchement #Ꮥienna-ℛose 

🖤 Ce post avait déjà été écrit pour les 1 an de sr, il apparaissait sur mon Instagram, mais avant d’introduire l’article suivant j’avais envie de garder une trace et du coup passer à la suite des articles qui s’inscriront dans la continuité 🖤

Il y a presque 2 ans (25 août 2015) nous étions allés au restaurant italien avec ton papa et mon papa. J’ai mangé une escalope milanaise avec des pâtes 4 fromages. Je suis allée au toilette et un filet de sang… Je sentais quelques contractions mais j’étais super zen…

❌Je l’avais pressenti tout le week-end et je t’avais fait confiance, je savais que tu allais attendre ton papa, (qui était en plein tournoi de golf à plus de 2 h de la maison)… ❌ 

En retournant à ma place nous avons calculé les contractions.. Régulières toutes les 6 minutes. Nous avons terminé notre repas calmement. Nous sommes repassé chez Papilou pour prendre un verre (d’eau pour maman 😂) et une fois à la maison j’ai pris un bain pour écarter l’hypothèse du faux travail….

En sortant de celui-ci les contractions étaient toutes les 4 minutes… J’ai donc décidé de mettre du vernis à paillettes (ta vie a commencé de façon féerique mon trésor). Je me suis maquillée. Je portais mon Marcel fétiche avec des ⚓️ (tu as une partie de ta famille qui vivent sur des bateaux). Nous avons chargé la voiture (ton papa en fait).

Nous sommes arrivés à l’hôpital et là l’infirmière m’a assuré que je me trompais que ce n’était pas possible pour un premier et à quand même cédé pour faire un monito (ta marraine était déjà prête à démarrer alors qu’il n’y avait ❝rien❞ d’officiel encore, juste ma certitude… Hein @lililise).  Je peux te dire que toute notre famille, TA famille était en haleine.. Heureux, impatients et très stressés. Moi j’étais méga sereine, j’étais prête…

Tu sais ma petite parfois il y a des accouchements qui ne se déroulent pas du tout comme on l’avait espéré (le tien par exemple n’était pas du tout celui qui était prévu mon adorable, pas celui du projet de naissance mais un accouchement fabuleux quand même). Après le monito la sage-femme était très surprise de ma façon de gérer, et oui j’avais de très ❝belles❞ contractions. Ton papa prenait un plaisir fou à les calculer. C’était comique il avait repéré le moment où j’allais souffler… Je me suis mise dans une bulle. Toutes les cellules de mon corps pensaient à toi… J’essayais par l’esprit de te faire comprendre que tout se passerait bien. Que j’étais déjà fière de toi. Que j’allais avoir besoin de toi, que tu avais plus de boulot que moi mais que j’avais confiance en toi. Mes mains sur mon ventre comme pour te guider vers la sortie. J’espérais être moi aussi à la hauteur.

La sage-femme décide de vérifier mon col, 20h20 ouverture à 3, et en profite pour percer ma poche des eaux! (Je peux te dire que j'étais  vraiment fâchée, elle aurait pu me demander au lieu de vouloir       accélérer de son plein gré les choses, surtout que tout se passait   parfaitement bien et que j'étais contre le fait de la percer!..)

On nous a installé…

…Confortablement dans la salle de naissance… Très grande, très belle, très cosy, un énorme salon ou papa a pu squatter le fauteuil et s’adonner aux plaisirs du PAPArazzi qui sommeille en lui… Dans cette salle il y avait une liane, un ballon, une énorme baignoire, une salle de bain, tout ce qu’il fallait pour te peser, te mesurer, une lumière tamisée, des huiles essentielles d’accouchement harmonieux… Ton papa riait toujours en calculant mes contractions..  🙈😂 il informait ta marraine, ton papilou et ta mamé… En fait je ne sais même pas qui d’autres finalement.

Il a pris cette adorable photo (horrible) et pour la petite histoire je ne l’ai vue que bien des mois plus tard 😂😂😂 c’est un comique je te dis. (la qualité on repassera…)

Ce que j’avais prévu pour ce jour spécial était d’accoucher dans l’eau sans péridurale donc 🙂 j’avais mes copains l’homéopathie avec moi et je suis sûre que mon état de sérénité n’était pas un pur hasard :D.

Le seul ❝soucis❞ etait que mon Gyneco était en vacances 😱 sa remplaçante était à quelques jours d’accoucher donc pas dispo… Ma sf était en vacances… Et donc je me retrouvais seule…. (Ton papa était là oui c’est vrai mais ton papa face à mon Gyneco il fait pas le poids) 😖😁 je continuais à respirer profondément et calmement… Je te visualisais pour avoir la force de continuer… Ton papa me faisait quelques blagues pour SE détendre ( faut pas croire il était stressé à fond les 🎈). Le pauvre je le revois tout démuni face à ma douleur (Oui ça fait un peu mal quand même… Mais ça je peux pas le dire il paraît…).

Tu bougeais énormément, comme si tu te préparais à te faire belle. J’ai essayé d’imaginer tes traits… Je ne réalisais pas ce qu’il se tramait… Parfois prise par l’angoisse de ne pas y arriver. L’angoisse d’un problème venu de nulle part… L’angoisse que tu sois en souffrance… Je marchais sans cesse et puis j’ai eu cette position très étrange d’être sur les genoux au sol avec la tête posée sur le lit entre les bras. Je ne sais pourquoi cette position m’apaisait, m’aidait à garder ma respiration, m’aidait à rester dans ma bulle (pourtant l’équipe médicale n’a pas été intrusive, il nous ont laissé longtemps seuls et c’est ce que je voulais, pas de surcharge du corps medical).

Ton papa commençait…

..commençait à m’ennuyer en me disant de masseoir (JE NE VOULAIS PAS ÊTRE ASSISE). J’étais à 7 cm vers 21h40 (pas mal 😁💪🏼). Faut savoir que lorsque j’avais demandé de remplir la baignoire, on m’a dit d’attendre encore (la prochaine fois quand je dirais on s’exécutera 😠). Sauf que là ça devenait plus difficile de tenir, alors ton papa a exigé ma baignoire, et tout le tralala. Le GROS problème est que la sf n’avait jamais fait d accouchement dans l’eau, elle n’arrivait pas à fermer la baignoire, elle chipotait alors j’ai commencé à m’énerver et à prendre peur… Comment allais-je être en confiance???

Et là…

Catastrophe je ne gérais plus du tout la douleur…
Confusion des sentiments, monsieur qui me suppliait de faire la péridurale…
Ce à quoi j’ai fini par céder au bout de 20 minutes en pleurs total (frustration car pas de baignoire, j’avais échoué dans mon projet..).

On m’a posé la péridurale et ô par miracle elle n’a fonctionné que sur le côté gauche 🤓😜 comment te dire que j’étais heureuse j’allais pouvoir malgré tout participé activement à ta naissance!!! Ce que je regrette c’est qu’après la pose on a vérifié mon col qui était à 8,5-9cm si j’avais su j’aurais refusé. J’ai du évidemment être allongée de façon classique, la sage femme était super malgré l’épisode ❝baignoire❞. (no la Péri c’est pas dramatique, loin de là même, personnellement j’ai eu Très froid juste apres… je frissonnais…). Le fait que la péridurale n’était fonctionnelle qu à moitié m’a permis de sentir Ꮥienna-ℛose évoluer dans mon bassin. J’arrivais à anticiper les contractions et donc de nouveau je maîtrisais son avancée. Je ne pensais à rien d’autre qu’à son arrivée dans mes bras😊 en sachant que je suis rentrée à 19h30 et qu’à minuit 51 elle était sur mon ventre 😳😍.

J’ai engueulé l’infirmière quand elle m’a dit quelle voyait ses cheveux, je lui ai balancé que ça servait à rien de me faire le spitch qu’elle faisait à tout le monde et que je ne la croyais pas 😂🙈tout a été si vite… Trop vite…. Ton papa m’a aspergé le visage une paire de fois d’une brume thermale (je me souviens qu’en fait j’essayais de boire un maximum plutôt) 😂. C’est épuisant un accouchement un vrai marathon! 😴 quand on m’a dit prenez votre bébé, j’ai crié NOOON, ton papa m’a lancé ❝fais-le❞ et je t’ai prise… Je ne comprenais plus rien..

 

J’étais …

Complètement bouleversée…. Il était minuit 51 et je venais de donner la vie… Te donner la vie… Je suis née avec toi… Ton papa a coupé le cordon et moi je te palpais… Je t’admirais… Plus rien ne comptait..

La violence de mon amour était brutal, irréel. Je m’étais imaginé t’aimer mais j’avais sous estimé l’amour maternel. Ton papa avait les larmes aux yeux. Ce tsunami émotionnel je m’en souviens. Il est là intacte, tapi dans mon cœur dans ma tête et partout dans mon corps. Tu as bu directement, tu as presque ramper et tu as têté, sans mode d’emploi, tu savais ce qu’il fallait faire, tu n’avais que quelques minutes de vie à peine et tu me donnais ta première leçon, moi la maman novice qui ne savait même pas comment te placer si j’avais du le faire…. Nous sommes restés à 3 pendant plus de 2h, une pause dans le temps qui est passé si vite..

Si paisible, si belle, si petite… Si…. Je n’ai pas dormi cette nuit là.. Je t’ai observé. Je ne réalisais pas du tout… J’étais maman mais je ne contrôlais rien… Je me laissais envahir, submerger par toutes les sensations possibles, c’était complètement fou.

N’est-il pas beau ce papa tout fier, tout ému, qui vient enfin de réaliser qu’il était papa…

Les années passent et même filent, tu deviens une petite fille intelligente et charmante. Plus d’une année remplie d’amour, de fatigue, de joie, de découvertes, du don de soi, de protection, de concession, de bonheur, d’évolution.

Pour tes 1 an, tu riais aux éclats, tu mangeais seule, tu marchais, tu nous faisais des bisous, des câlins, tu rayonnais…. Tu es la vie! Notre vie… Que le temps est passé vite. Rien ne se rattrape tout doit s’apprécier. Tu m’as élevé humainement. Tu m’as appris bien des choses. Tu me rends meilleure et j’espère que je te rendrais la pareille.

Je suis heureuse. Mais le temps est bien vicieux. Petite fille aux grands yeux, je suis ta plus grande fan. Tu me combles tant. Tu fais gonfler mon cœur. Tu remplis ma tête. Je n’ai pas les mots et je suis juste très émue. Je me sens chanceuse. Et je suis reconnaissante. C’est fou les détails qui sont gravés en nous… Si proche et si lointain. 😳

A la veille de tes presque 2 ans, je suis ravie du cheminement. C’est un âge aussi intéressant que complexe… Tu évolues si vite. Tu nous racontes des histoires, tu nous disputes si on ne met pas notre main devant notre bouche si on éternue, tu dis pardon lorsque tu veux passer ou que tu fais un rototo.. Tu adores lancer le premier « bon appétit  » à table. Tu es plus que coquette et tu me dis non pour quelques vêtements. Tu sais t’exprimer correctement et bien te faire comprendre. Tu es câline au possible et tellement généreuse. Tu partages même le dernier morceau de chocolat que tu affectionnes tant. Tu es curieuse de tout et tu es une vraie petite fille pétillante.
je degueule d’amour 🙈🙈 et je suis vraiment vraiment émue je me retiens sinon je verse des larmes…

Et dire que bientôt c’est reparti pour un nouveau tour de manège ♡


Tout est passé trop vite ♡ Notre plus belle aventure, la plus difficile aussi…

La maternité et sa face cachée

Il y a quelques jours, je parlais avec ma cousine qui est justement enceinte (coucou toi, je sais que tu vas passer lire 😉 ). Et on parlait du stress de la grossesse, du cap des 3 mois, etc...
Et je me suis souvenue de ce que mon père m’avait dit un jour, je cite:

« profites-en maintenant car le jour où tu seras maman tu n’auras plus jamais un moment de sérénité« 

J’ai rigolé…. et pourtant… Continuer à lire … « La maternité et sa face cachée »