J’en ai marre…. #Education&Critiques

Capture d_écran 2017-04-20 à 14.39.41

J’en ai ras le bol des règles de la maternité, de l’éducation… Le Cododo et les débats sur le trotteur ou Le pousseur sont dérisoires à côté de ce que je vais citer (dégueuler).
Que ceux qui n’ont jamais connu cette situation me jettent des couches (pleines) à la tronche.

J'en ai marre de l'étiquette ❝maman cinglée❞, ❝maman marginale❞,    ❝chiante de service❞, ❝maman râleuse❞ et j'en passe...

J’en ai marre d’exaspérer quelques personnes car NON je ne changerai pas d’avis pour faire plaisir à autrui sur mes souhaits concernant l’éducation de mes enfants!

Capture d_écran 2017-04-20 à 14.15.34  :

  1. Qu’on défie mon autorité en disant oui  à la minuscule lorsque je dis NON.
  2. Qu’on me répète qu’elle a l’air affamée alors qu’elle est juste gourmande et réclame un truc sans intérêt (si elle voit quelqu’un manger une glace c’est certain que la gourmandise parle à sa place, c’est un enfant).
  3. Qu’on ne comprenne pas que j’essaye d’équilibrer le plus possible ses repas en respectant les proportions de légumes-féculents-protéines (mais je fais aussi des écarts, je suis loin d’être parfaite!!!).
  4. Qu’on ne comprenne pas que je préfère des fruits et un produit céréalier pour son goûter même si un gâteau plein de crème  lui ferait plaisir (of course)..
  5. Qu’on me dise que j’exagère quand je stresse lorsque je sais pertinemment à quel moment mon pépin va tomber et/ou se cogner. Je la connais et je sais l’anticiper. (Mais voyons je dois la laisser faire sa vie… Oui ben il me semble que je lui laisse déjà beaucoup de liberté).
  6. Qu’on me dise que ce n’est pas grave de laisser un bébé devant la télé, ❝faut vivre avec son temps❞… J’autorise un peu la télé (musique en fond sonore ou dessin animé sélectionné par nous et PAS des heures!).
  7. Que je devrais pas être aussi exigeante au niveau produits de bébé (toilette, couches, savon….).  Je me fiche que la majorité utilise Pampers et Mustela ou qu’avant c’était N O R M A L. Je fais comme j’en ai envie POINT!
  8. Qu’on me prenne pour une folle car j’utilise de l’homéopathie et que je suis anti-médicaments (❝et si elle avait une maladie grave?❞, ben on verra lorsqu’elle aura une maladie grave).
  9. D’avoir des réflexions lorsque je campe sur mes positions quand je dispute Ꮥienna-ℛose (je la dispute pas par amusement, puis il faut des règles, un encadrement).
  10. De me sentir observée lorsque j’agis avec mon bébé.. De me sentir jugée constamment car je n’agis pas forcément comme on le voudrait (sauf que je suis moi…).
  11. De ne pas tenir tête par moments à des gens pour m’affirmer davantage et  arriver à faire entendre mes idées & mes principes concernant l’éducation de mes enfants. (Si je dis non à quelque chose c’est que j’ai mon point de vue et que j’ai mes raisons).
  12. De céder par politesse ou éducation parfois à certaines personnes et du coup de m’énerver intérieurement
  13. D’avoir l’impression de devoir me battre (ou de surtout devoir me justifier) pour ma vision de la maternité, précisément l’éducation, mes principes, mes valeurs.
  14. ❝Si j’étais toi…❞ Tu n’es pas moi :D, ❝à mon époque…❞ Nous sommes en 2017 (bordel)!

 

Il y a d’autres points… Mais je n’ai pas envie d’écrire un article, qui est déjà long, à rallonge.

 

Capture d_écran 2017-04-20 à 14.38.20

Capture d_écran 2017-04-20 à 15.01.02

Parfois si j’écoute les gens, je devrais la laisser manger ce qu’elle veut (qu’importe l’heure) mais surtout lorsqu’elle n a pas envie de manger quelques chose de combler par un truc qui lui fait envie et même si le choix se pose sur des biscuits ou autre. Que je devrais moins la surveiller (ah ben oui je devrais m’excuser d’être maman et de m’inquiéter malgré moi pour ce qui peut arriver de près ou de loin à mon enfant). De ne pas faire un foin lorsqu’elle n’a pas su faire sa sieste (non mais oh, je t’explique, elle ne dort pas mieux lorsqu’elle a loupé une sieste, au contraire!! Et c’est qui qui se coltine les nuits merdiques? LA MERE, donc MOI). De me faire culpabiliser car je suis trop à son écoute ou à ses besoins (tu la gâtes de trop, laisse la pleurer…). D’être parfois un peu lourde ou moins compréhensive (oh mais tu as oublié que tu as été parent autrefois? Et que pour moi parfois la fatigue l’emporte un peu? Je culpabilise assez toute seule.)

Les parents d’avant ont eu des enfants. Par conséquent ils ont pu éduquer des enfants, les leurs. Je suis un parent d’aujourd’hui et je voudrais pouvoir éduquer ma fille (Mes filles) comme je le souhaite…

Alors entendre des réflexions du style, elle est turbulente❞, elle touche à tout❞, bla bla bla… Tu te gardes tes réflexions à deux balles, tu analyses ta vie et tes gosses, tu t’occupes de ta marmite et puis tu prends en compte les facteurs atténuants, MERCI!

Ꮥienna-ℛose passe un âge ou elle s’émancipe un peu, où elle teste des limites, où elle me teste aussi, où les changements la préoccupent, tout le monde le sait mais souvent ils oublient que le passage 18 mois – 3 ans est une fameuse étape. On est en plein dedans et dans l’ensemble, oui elle m’a déjà fait des crises et m’épuise un peu mais ce qui est à souligner, c’est qu’elle reste une petite fille polie pour son jeune âge, très dégourdie et qui, c’est vrai, possède un caractère déjà bien affirmé. Elle sait ce qu’elle veut et ne veut pas mais reste une petite fille charmante et sensible, câline et gourmande, chipie et mignonne. Puis j’ai pas à me justifier.

Parfois le jugement est épuisant. Parfois se battre avec autrui est épuisant.

Comment faire face à cette interférence de l’entourage (proche ou moins proche). Je n’ai pas de réponses mais j’ai trouvé ceci qui traite du sujet, c’est cadeau:

Eduquer-ses-enfants-s-eduquer-soi-meme
Tous les parents cesseraient volontiers de critiquer, de punir ou de menacer leur enfant pour l’amener à comprendre et à agir de manière responsable. Le désir de chaque parent est de voir son enfant devenir un adolescent, puis un adulte aimant et équilibré. Non seulement ce livre vous permettra d’assimiler des techniques précises pour infuser l’amour dans les situations difficiles, mais il vous révélera également le mystère derrière certains comportements de vos enfants.

Naomi Aldort dit: « Vos amis et votre famille peuvent avoir leurs propres opinions pendant que vous restez le parent que vous voulez être. Vous n’avez pas besoin de leur accord ni même qu’ils comprennent vos méthodes. Votre style de parentage n’a pas à faire l’objet d’un vote. »

Son avis:
– si les critiques des proches nous posent problème, c’est parce que nous recherchons leur approbation, consciemment ou inconsciemment ;
– nous n’avons pas besoin de cette approbation dont la recherche nous met dans une situation d’enfant face à eux.
Son conseil :
– écouter l’avis de nos proches avec empathie, en reformulant et validant leurs sentiments, sans tenter de défendre ni de justifier nos choix, mais sans modifier nos positions pour autant ;
– réagir avec agressivité ou vouloir convaincre à tout prix reviendrait finalement à reconnaître à nos proches qu’ils ont leur mot à dire sur nos choix éducatifs, que leurs opinions nous importent, et donc au final à leur céder du pouvoir sur des choix qui ne leur appartiennent aucunement.

Capture d_écran 2017-04-20 à 14.40.42

À mes futurs au présent ♡  mes filles…

Publicités

bébé et la psychomot’ #happySunday

Une brève explication sur Instagram, et voilà qu’après plusieurs demandes
je termine cet article.

…trouver un équilibre corporel et psychique à partir d’expériences sensorimotrices,
émotionnelles, affectives, cognitives …

Nous avons décidé depuis peu, de faire des activités ludiques pour Ꮥienna-ℛose . Après plusieurs avis de différents parents et vu que c’est assez proche en prime de notre domicile, nous avons opté pour les cours de psychomotricité.

img_6035

Cours de psychomotricité KEZAKO?

La Psychomotricité s’intéresse au développement global de la personne, aux comportements moteurs, en lien avec la vie psychique, affective, relationnelle du sujet.

Activité qui aide l’enfant à explorer librement ses potentialités, l’espace, les objets, la rencontre, grâce à un cadre sécurisant pour le groupe et l’ajustement des psychomotriciens, attentifs au développement global de chaque enfant.

Grandir, s’autonomiser et apprendre sont alors un jeu d’enfant… Et comme le besoin d’être en mouvement dans le jeu est présent chez l’enfant jusqu’à l’âge de 6,7,8 ans et même au-delà…  Il y a des séances par groupe d’âge, selon l’évolution des jeux, et des possibilités de jouer ensemble, de partager une idée, une construction, de permettre la rencontre d’imaginaires différents.
Concrètement, le psychomotricien travaille à améliorer et la motricité globale (marcher aisément, courir, sauter, lancer/attraper un ballon ou autre objet, marcher en équilibre sur un banc, grimper ….) et la motricité fine (essentiellement manuelle et digitale : découper avec des ciseaux, jeux de pliage, colorier, dessiner, écrire, mais aussi s’habiller, lacer ses chaussures, boutonner son vêtement …) tout en se «  repérant » et en nommant l’espace environnant perçu (perception), ressenti (sensorialité), re-connu (mémorisation affective, émotionnelle, cognitive… ) 

Nous voilà donc ma soeur et moi (et bébé aussi tant qu’à faire), un diimg_6041-1manche matin, en quête de la découverte de la psychomot’ pour et par bébé. A peine arrivées dans les vestiaires, on retire nos chaussures (et chaussettes, car je trouve l’aspect sensoriel plus intéressant à pieds nus) et on passe dans la salle principale où une histoire était racontée, ensuite on nous donne accès à la grande salle, digne d’une salle de para-commando.

La grande salle dispose de piscines à balles, de jeux en équilibre, des tapis mousses partout, des jeux en bois par-ci par-là, des balles de différents modèles et des activités  avec les psychomotriciens. Il y a les parents admiratifs, les parents qui n’en ont rien à secouer et puis ces enfants qui semblent vraiment dans un jumanji géant (envie de revoir ce film sur ce). Pour la petite info, j’aurai moi même bien sauté dans la piscine à boules, glissé sur le toboggan, escaladé les endroits prévus à cet effet mais bon moi j’ai 30 piges.

J’ai cru que SR allait être intimidée, mais c’était mal la connaitre, elle a foncé dans un espace avec différentes balles (textures, couleurs, tailles..), puis est allée escalader un espèce de toboggan sur lequel il y a des roulettes (vidéo ci-dessus), elle était méga à l’aise, c’était incroyable, et je l’ai laissée choisir les activités qu’elle voulait elle! Mais ce toboggan est pourtant assez haut… mais elle a foncé foncé dessus et à vite compris d’elle même comment intercaler et les mains et les pieds pour se maintenir. C’est fou d’être si petit, si jeune et de savoir effectuer une tâche sans même réfléchir.

C’était assez comique à voir en fait, j’ai pris conscience qu’elle n’était plus si bébé que cela. Et qu’elle était plus douée que je ne l’avais imaginé, je suis restée bluffée par sa capacité à comprendre les choses et à utiliser son corps. Comme quoi, parfois même si on croit connaitre son enfant, il arrive que cet enfant réserve des surprises. Un enfant c’est merveilleux (surtout quand ça dort 😂👌🏼).

Vu le succès qu’a rencontré cette matinée, on  s’est promis de recommencer très vite (c’est uniquement le dimanche dans notre région). Inutile de préciser que la bichette a fait une bien longue sieste après ces activités nouvelles.

J’ai bien aimé à la fin du cours que les enfants et les parents aident à ranger tout le matériel, je trouve que c’est un bien bel exemple pour nos têtes brunes/blondes/rousses. Et puis ça permet de communiquer entre nous. 

#mèreindigne , ce petit bout de vidéo interrompu par une chute non dangereuse imprévisible, CHECK!

(sorry mais je suis morte de rire à chaque visualisation de cette vidéo)

En résumé on a totalement adoré!

Vite dimanche prochain