Je crois qu’elle a compris.

Hier soir, comme chaque soir, ℒilas-ℬeℓℓe tête pour s’endormir. Blottie contre sa maman, laissant s’échapper quelques légers rugissements non contrôlés.

C’est bizarre les petits bruits qu’elle fait, on sait qu’elle va s’endormir.

Chuuuut!

Dans la chambre, il fait sombre, légèrement sombre, il y a la veilleuse du babyphone qui éclaire de son halo rassurant. On aperçoit nos visages et nos mains de près, les yeux qui pétillent et nos sourires qui illuminent. Parfois on joue aux ombres avec les mains, c’est comique de près et de loin, on étouffe nos rires et on s’endort en sourire.

Chaque soir on est à 3 dans cette chambre ❝ parentale ❞ il paraît. 3 filles allongées dans ce grand lit tout neuf, tout comme dans les livres qui traînent dans le salon sous la table en verre. Il est moelleux comme il faut, il est dur comme il faut, il est beau comme il faut, il est tout comme il faut et moi ça me convient, des coussins ci et là et une grosse couverture moelleuse que je ne supporte pas.

Hier, j’ai demandé une histoire, une histoire s’il te plaît maman. Elle a chuchoté et j’ai couru dans ma chambre choisir un livre. Maman me laisse toujours le choix des livres, elle dit que lire c’est voyager. Je crois qu’elle aussi elle aime les livres, je la vois caresser des couvertures glacées et les ranger soigneusement dans la petite bibliothèque de l’appartement. Moi c’est le contraire, j’aime les étaler au sol comme pour me fabriquer des passages magiques enchantés.

Hier soir, maman m’a serré fort dans les bras, très fort dans les bras, je n’avais pourtant rien dit de particulier, mais ses yeux ont brillés, c’est le halo lumineux qui m’a laissé entrevoir, alors j’ai caressé son visage doucement. Ai-je le droit d’affirmer que je l’ai sentie bizarre? Je lui ai expliqué un peu le livre, puis je lui ai expliqué ma journée, elle sourit lorsque je fais cela, moi j’aime bien lorsqu’elle sourit. Elle m’a dit que j’étais belle (elle me dit toujours que je suis belle). Maman m’aime beaucoup avec des cœurs partout. Parfois j’ai peur car maman est beaucoup trop souvent avec la Soeur. La Soeur doit boire, la couche doit être changée, la Soeur pleure, la Soeur, la Soeur, … C’est vrai qu elle est belle avec ses yeux de grenouille et son sourire sans dents. Mais parfois je la trouve un peu embêtante a vouloir prendre mes jouets, à me suivre partout, à crier quand tout va bien et à me prendre maman tout le temps. Alors moi j’accapare papa et toc!

Hier soir, dans le lit trop grand (maman dit qu il est trop petit), maman m’a embrassé tendrement et a pris son temps. ℒilas-ℬeℓℓe posée dans son lit, moi je profite de ces moments avant le prochain gémissement de L A   S O E U R.

Je crois que maman a compris que je grandissais, que moi j’étais quand même encore beaucoup petite. Que parfois je criais pour attirer son attention. Avant, j’avais maman pour moi toute seule, j’aimais bien et elle aussi je crois. Avant il n’y avait que moi qui avait accès autant à ses bras, sa chaleur, son parfum, ses cheveux… Je comprends les choses.. Mais parfois j’aime user de stratagèmes pour n’être encore qu’un tout petit minuscule bébé. Ça marche à tous les coups, peut-être suis-je un peu comédienne, peut-être ne suis-je qu’une petite fille qui aime ses parents et qui aime les câlins et que l’on s’occuper d’elle



Maman dira certainement ceci après notre moment d'hier:


Je ne sais pas ce qui a été différent des autres jours. Peut-être les crises à répétition…
Peut-être un mal être non pris en compte, pas suffisamment en tout cas.

Là à mes côtés avec ses discours de grande fille, j’ai eu un pincement au cœur.. Petite fille-grande fille, je me suis projeté loin, trop loin, j’ai « deviné » l’adolescence, des conflits peut-être… Je l’ai observé, elle, allongée à mes côtés, son petit corps tout chaud qui sent bon la douceur. Je me suis rappelé que le temps n’attend pas et qu’il était de mon devoir de profiter de ces instants précieux qui ne se répètent pas.


U n   j o u r   m o n   l i t   m e   s e m b l e r a   b i e n   v i d e,  p l u s   d ‘ a p p e l s
i n c e s s a n t s,   p l u s  d e   c â l i n s  i m p r o v i s é s,   p l u s   d e   b i s o u s   m a g i q u e s   o u   d ‘h i s t o i r e s   e n c h a n t é e s.   P l u s    d e   m a i n s   e n l a c é e s   e t   d ‘ o m b r e s   a u p l a f o n d.   U n    j o u r   m a   c o u v er  t u r e   r e s t e r a   f i g é e   s u r   m o i   e t   m e s   o r e i l l e r s   n o n   p a r t a g é s .   U n   j o u r   j e   m e   f o r c e r a i  à   p e n s e r   à   c e   t e m p s   t r o p   l o i n t a i n   o ù   m e s   p e t i t e s   f i l l e s   n ‘ é t a i e n t   q u e   d e s   b é b é s…

Une vague de tristesse… Je me plains parfois de ma fatigue, qui est bien présente, parfois trop au point de me faire oublier ces détails là et l’importance de ces moments cruciaux.

Hier soir j’ai culpabilisé… Mitigée… Alors j’ai tenté de réparer un peu mes erreurs, je vais tenter de reprendre le temps, le temps comme avant quand mes nuits étaient plus longues quand je n’avais pas 2 ans et + de nuits entrecoupées.

Promis je vais tenter de souffler plus et de profiter plus. Je ne suis plus cette maman au top de sa forme, je dois l’admettre, pardon Ꮥienna-ℛose. Pardon ℒilas-ℬeℓℓe. J’essaye d’être le plus équitable et j’oublie que toi Ꮥienna-ℛose tu es encore trop jeune pour tout ce que je te demande. Alors pardon.


L’important est peut-être de prendre conscience?
D’essayer de s’améliorer?
D’essayer de comprendre et pardonner à soi-même?


 

Confidence: Je ne suis pas la mère parfaite, j’ai la gueule en vrac et des poils aux pattes. (Même qu hier mon mec m’a dit wouahhh tu tentes d’avoir des jambes de papa?). Je suis heureuse d’avoir ce temps pour éduquer mes enfants et parfois je me perds dans ce rôle comme si j’étais inutile complètement. Parfois j’ai ce besoin de souffler et de prendre du temps, ne serait-ce qu’un verre en terrasse avec un peu de temps pour tourner quelques pages d’un livre au soleil? (livres qui prennent la poussière depuis que je suis maman). Juste 1h? Est-ce mal? La dualité… L’ambivalence. Tenter de tout assembler, emboîter. Tenter de tout réussir, tout coordonner.

Maman = chef d’orchestre

Appelez moi Mozart de la maternité, je compose et je dispose..

Apprendre à prendre le temps, apprendre à apprécier même les moments difficiles, tout n’est que période, tout n’est que passager…

L’effet mère est infini, car nous sommes toutes des mères veilleuses…

 

cropped-capture-d_c3a9cran-2017-12-06-c3a0-15-24-09.png

Publicités

La culpabilité #viedemaman

Tu te demandes où tu t’embarques hein…

Que vas-tu lire?

La culpabilité moi?

C’est marrant car lorsque je parle avec des mamans sur Instagram, souvent elles me disent « oui mais toi tu as facile, tu gères ».


S T O P

P O T I N   C L O S E R   I S   I N   T H E   P L A C E


Nan je ne gère pas, je tente de gérer, nan je ne vis pas toujours, souvent même je survis! (Tu ne me crois pas? Check mes épilations trop espacées, mes cheveux en manque de coiffeur, et ma douche qui croit que j’ai déserté les lieux — je me lave je te rassure — ).

Je me perds encore une fois, ça fait longtemps que je ne t’ai pas parlé à toi… En même temps, il faut aussi rappeler que comme souvent je survis ben tu vois soit je fais la bouffe à mes miochettes soit je t écris (sans mentionner touuuuuuutes les autres innombrables tâches)… Ouais je sais c’est un dilemme compliqué mais comme tu le constates les filles gagnent 😛😛😛 #etheureusement

J’avais envie de te parler de cette joie d’être maman, d’être dans cette case « maman », d’être dans ce job d’une vie qui donne ce sentiment d’appartenir à un groupe important de la société… De cet amour dans les entrailles, de tout ce bon qui en émane.

Mais j’ai surtout envie de te parler de cette culpabilité qui me bouffe littéralement.

Tu sais lorsque j’ai eu Ꮥienna-ℛose, tout semblait fluide et mouvementé à la fois… Entre la confiance et les doutes, entre l’excitation de l’apprivoiser, de la connaître… Et l’envie grandissante de la voir grandir, de l’aider à grandir… S’extasier et en redemander. Lui offrir tout mon temps.


L U I   O FF R I R   T O U T   M O N   T E M P S!


Ꮥienna-ℛose n’a pas été un bébé très longtemps. Elle a marché vite sans passer par le 4 pattes, a toujours été très autonome (elle s’énerve depuis toujours pour y arriver et elle persévère à chaque fois), elle a parlé très vite aussi, bref mon bébé est un peu trop grande à présent.

ℒilas-ℬeℓℓe c’est différent, déjà, elles n’ont pas le même caractère, elles ne se ressemblent pas vraiment… ℒilas-ℬeℓℓe prend son temps, un bébé rieur mais timide, un bébé très sensible (aussi). Elle évolue normalement et je ne me mets aucune pression.

Mais il y a un point TRÈS différent… Je suis différente, cette fois-ci je me pose moins de questions, je connais les étapes, j’ai moins peur et je sourcille moins, j ai confiance en moi ET je n’écoute personne (même si je ne cesse de me documenter)… Je n’attends pas que ℒilas-ℬeℓℓe m’impressionne, je ne la pousse pas non plus à faire encore plus de progrès. Je bénis l’instant présent c’est tout ♡.

Bon ok, tout ce que je viens de te dire ci-dessus est la vérité…


M A I S

Il y a aussi le facteur, enfants rapprochés!


Il est difficile voir impossible de se couper en deux… Jongler avec deux enfants qui pleurent en même temps et se voir devoir décider « laquelle a le plus besoin en premier« , c’est comme les urgences.. C’est pas le premier qui arrive qui pourra être pris en charge, ce qui prime c’est la gravité.

Puis c’est aussi le cœur qui se fend car on n’arrive pas à consacrer autant de temps au deuxième qu’au premier, rien que pour cette raison c’est toute l’éducation qui en devient différente même si on pense fortement faire la même chose… En fait, c’est impossible..

Je ne compare que rarement mes enfants, ou juste pour le fun, jamais pour une compétition… Mais moi je me compare… Moi je suis deux personnes différentes..

Ni moins bien ni bien mieux, différente reste, définitivement, le bon mot.

Je suis plus posée depuis ℒilas-ℬeℓℓe (plus électrique pourtant bon c’est vrai c’est la fatigue la responsable).

Mais bordel qu’est ce que c’est dur de voir la grande me réclamer plus d’attention alors que je suis très souvent avec ℒilas-ℬeℓℓe… Elle « comprend » que j’allaite et que sa sœur est un bébé. Mais parfois, Ꮥienna-ℛose joue au bébé pour bénéficier de plus d’attentions. C’est pas évident pour elle (ni pour moi). Je n’arrive pas à être aussi présente avec Ꮥienna-ℛose à l’heure actuelle et je n’arrive pas à faire aussi bien avec ℒilas-ℬeℓℓe niveau activité ou temps…

Je fais mon maximum pour inclure Ꮥienna-ℛose dans mes tâches quotidiennes ou avec ℒilas-ℬeℓℓe, je n’en mets jamais qu une en avant, si je complimente l’une je trouve autre chose pour l’autre… On s’aime en équipe et on pense en équipe.


G I R L S   S Q U A D


Je tente de faire un bisou à l’une et de retomber sur la joue de l’autre. J’explique à ℒilas-ℬeℓℓe qu’il y a des choses qu’elle ne peut pas faire (trop petite, trop dangereux…) et je me retourne vers Ꮥienna-ℛose pour la responsabiliser et lui souffler qu’elle doit aussi veiller sur sa Soeur, elle est fière lorsqu’elle interdit à quelqu’un de donner quelque chose à manger à ℒilas-ℬeℓℓe tout en mentionnant qu’elle est trop petite, qu’elle boit du lait et qu’en plus elle n’a pas de dents (exemple parmi tant d’autres…). Parfois, si je « dispute » Ꮥienna-ℛose alors j’explique a ℒilas-ℬeℓℓe devant Ꮥienna-ℛose le pourquoi du comment…

Je ne suis pas la meilleure mère, j’ai mes faiblesses, mes doutes, mais je tente de gérer une cohésion familiale ainsi qu’une implication de chaque membre au sein de cette famille que j’aime d’amour… (j’aime aussi les vacances d’amour 😂😂 z’avez pas un filon là? 😂😅).

J’ai eu peur d’un deuxième enfant, peur de ne pas l’aimer autant que j’aimais mon aîné. En réalité, avec le quotidien, mon recul, mon expérience, je les aime d’amour et avec la plus grande sincérité je peux affirmer que je les aime à la folie toutes les deux, sans un « plus fort » ou un « moins fort ». Je n’ai A U C U N E préférence. (cruche d’avoir pensé un truc si horrible).

J’ai sans doute tendance à oublier que Ꮥienna-ℛose est encore un bébé et parfois j’en attends trop d’elle, j’y travaille… Il est aussi vrai que je suis beaucoup plus patiente avec la minuscule car je sais (Oui je te promets c est prouvé) qu’elle ne peut faire des caprices, elle exprime des besoins.. Ꮥienna-ℛose, elle s’essaye à quelques caprices 😂. ℒilas-ℬeℓℓe doit apprendre la patience dès son plus jeune âge, Ꮥienna-ℛose s’y essaye et c’est pas toujours gagné… Chaque pas est une victoire dans nos apprentissages ♡

C’est pas évident de vouloir tout gérer, de vouloir toujours faire de son mieux, de vouloir tenter de reproduire, de vouloir être partout… Il faut pouvoir l’accepter… Le fait que les filles soient proches en âge, cela implique plus de boulot.

S I   J E   R E G R E T T E ?

Pas du tout… Je suis épuisée mais à refaire, ça serait pareil ♡

U N   T R O I S I E M E ?

On ne s’emballe pas… Un jour peut-être… Mais il n’est pas au programme 😛

Les voir complice est un merveilleux cadeau

cropped-capture-d_c3a9cran-2017-12-06-c3a0-15-24-09.png
Capture d_écran 2017-12-06 à 15.22.25
 

Et puis je suis devenue Maman #ladymum

Hier, je regardais des photos… Jusque là rien de transcendant, me diras tu! ET pourtant, pour moi SI!

Le bouleversement…

J’étais une jeune fille joviale avide de voyages, de lectures, de moments avec ses copines, avec son amoureux. Toujours fourrée à gauche à droite… Une jeune fille qui pensait à s’acheter là dernière paire de shoes à franges repérée dans une de ses boutiques préférées (que la CB, elle par contre n’adorait pas du tout). Une fille apprêtée qui ne pensait au final qu’à elle. En passant, rip mes cheveux longs, mon visage de poupon, ma ligne plus svelte, mes rides en moins….

Je pensais à mes décos, remplir mes jolis cadres de beaux imprimés, de chouettes citations… Ranger le plaid à tel endroit (ben oui c’était plus joli, plus branché, plus cosy..)

Je prenais du temps à me pomponner, faire des essais makeup (qui parfois, je l’avoue complètement ridicule). Comme tu as pu le comprendre je m’occupais de mon bien-être avant tout.

Je n’ai jamais été la fille qui se levait tard le matin, mais j’aimais bien trainer au lit (ouais pas trop longtemps, le matin j’ai faim et mon meilleur ami dans ce cas là était et restera MON PETIT DEJEUNER).

J’avais fait de ma vie, un petit foutoir bien rangé, bourré de ses imprévus mais aussi de ses habitudes… Tu sais ce tableau étrangement joli avec quelques éraflures à gauche à droite.. et bien c’était ma vie.. Et pourtant je pensais déjà à l’époque que j’avais plus le temps de rien… (AHAHAHA mais quelle cruche je faisais…. Si j’avais su qu’avant j’étais en VACANCES).

Et puis, un jour, sans prévenir… UN ENFANT. MON ENFANT!

Et là, bien que je te parlerais du bouleversement émotionnel qui ne prévient pas, mais c’est pas le sujet. Il t’attrape comme ça, au coeur, au ventre, à la gorge, à la tête… BREF CHOSE COMPLETEMENT INDESCRIPTIBLE SI TU N’ES PAS MAMAN (OU PAPA).

Ma vie qui me semblait si légère et si facile s’est littéralement transformée.. En foutoir!

J’ai réalisé…

Et bien, je n’étais plus en vacances (ça tu l’as compris aussi bien que moi, je ne l’ai réalisé que lorsque Sienna-Rose est arrivée dans notre vie).
D’un coup je passais de jeune femme à MAMAN!!! M-A-M-A-N, MOI!!!!
Et c’est merveilleux (ouais ok j’ai des cernes..).

Électron libre en tout temps me voilà ancrée dans la maternité, attachée à ses enfants comme une ancre à son bateau.

Un enfant c’est repenser sa vie. C’est avoir moins de temps dans ta salle de bain (oui oui il faut oublier le livre que tu lisais dans ta baignoire avec de la mousse et des bougies...).
C’est s’oublier soi, pour le bien être d’autrui (bébé ;)) c’est être constamment sur le qui vive, une maman à l’affût du moindre bruit, du moindre souffle (oserais tu me dire que tu n’es pas allée plusieurs fois vérifier que bébé dormait en mouillant ton doigt et en le mettant tout proche de son nez? on est d’accord ). C’est délaisser tes amis… Tes soirées…
C’est paniquer à la vue de la contenance d’une couche avec une couleur suspecte. (non mais c’est dingue, ça tourne clairement pas rond chez nous… =D)
C’est ne plus avoir ton style de déco scandinave que tu affectionnes tant, et au fond c’est pas grave.. tu y vois la vie et c’en est même rassurant de trébucher sur un hochet. Toi aussi tu souris lorsqu’en bougeant un coussin tu tombes sur un nounours oublié. Ou même quand tu respires son doudou profondément (comme si ça t’apportait une force de super guerrière « hashtag mamantarée »), et je sais QUE toi aussi tu as essayé d’y mettre ton odeur 😉  et ne mens pas je suis passée par là  hahahaha.
Et mes cadres? nan mais j’ai jamais compris les parents qui mettaient des photos des gosses partout, et tu sais quoi? mes cadres, ben ils ont délaissés les belles images, les citations, pour…. Ben des photos de mon bébé. (Oui mais moi même que c’est pas pareil..)

Et ma CB? Ma cb elle fait encore plus la tête car à présent je n’achète QUE pour elles, des choses dont j’ai pas besoin. Oui la tentation est très grande pour nos bébés, et notre côté chouichouille craque toujours pour les nouvelles mignonneries qui arrivent sur le marché. (même quand on en a clairement pas BESOIN et que ça reste dans un carton ou délaissé dans un coin de la maison, tu le sais ça finira en vide dressing ou en cadeau à la cousine Jocelyne). Bien qu’avec ℒilas-ℬeℓℓe j’ai appris à recycler un max et moins tomber dans le panneau 🙊

Oui parce que le deuxième bébé est arrivé comme par magie aussi, aaaah les aléas du cycle menstruel qui te joue des tours 😂😂😂

Mes matins ne sont plus les mêmes, mon estomac a appris à patienter (pas trop longtemps quand même), mes « amis » ont pris la porte de sortie, mais le sourire que mes filles me réservent le matin lorsque je vais les chercher comble beaucoup.

C’est vrai c’est pas facile chaque jour… Penser à tout, s’oublier un peu, l’opinion des autres, l’éducation positive, les échecs, la fatigue, les tasses de café oubliées sur le coin d’un meuble, le livre commencé qui prend la poussière, l’aspirateur en surchauffe, le manque de temps pour toi et les gens autour, ta garde robe qui fait la gueule, tes cernes qui te narguent, le réveil qui ne sert plus à rien, le stress permanent d’une maladie, D’une sortie, d’un oubli… Cette course à l’élite de DEvOIr être la meilleure maman… C’est vrai je ne suis plus cette fashionista, mais je suis devenue une maman naturelle qui cherche de multiples alternatives qui crée des recettes maison et qui pense à l’essentiel pour ses filles, pour elle même et ce au quotidien. J’apprends aussi à me surpasser et je découvre de nouvelles passions, j’échange avec de nouvelles personnes qui pensent comme moi, qui ont des enfants et qui comprennent le quotidien d’une maman. Qu’est-ce que c’est bon d’avoir des retours et d’échanger avec autant de personnes ♡.

Mon ancienne vie a gardé certaines choses et la nouvelle ne cesse de me surprendre.

La maternité ce n’est pas tout rose mais dans le prisme de l’amour, on apprend d’autres choses, on gère les priorités, on grandit un peu aussi, on aime à l’infini et on ne cesse de s’infinir…

On a la gueule en travaux mais on est reconnaissant, et puis on pense que dans 5 ans on récupérera nos soirées et qu’elles auront un goût bien plus doux. Peut-être qu’on rêve un peu plus dans le fond.. Peut-être aussi que l’on prend plus de recul sur beaucoup de choses, peut-être qu’on se sent un poil plus fagile alors qu’on est encore plus solide, comme un roc… Un enfant c’est une fragilité exposée, c’est offrir au monde ce qu’on a de plus précieux. C’est se mettre à nu et c’est trembler à chaque instant.

La maternité a tout changé. On ne peut pas se projeter et on est loin de se douter des impacts sur toutes nos habitudes, sur tout ce qu’on croyait acquis… Il y aura des coups durs et il y aura l’horizon. La maternité et sa complexité.

Les rires d’enfants c’est du baume guérisseur, c’est ce don de faire naître le bonheur… C’est la vie en couleur…

Hier je n’avais pas 30 et je n’avais pas d’enfants, hier ma vie était belle mais hier il me manquait quelque chose..

Mentir à nos enfants #perenoel

MoI j’aime bien décembre, j’ai toujours aimé le mois de décembre, sauf peut être quand ma famille a volé en éclats…

Peut-être que j’aimais moins mais je ne m’en souviens plus, ou du moins, j’aime le penser.

Décembre c’est le froid, la neige, parfois, c’est le chocolat chaud et c’est aussi l’odeur des épices… C’est la lumière sur les fenêtres, sur les portes Et dans les cœurs.

C’est aussi les réunions de famille, un sapin que l’on décore, un père Noël et des cadeaux.


J’ai pris le parti de mentir à mes filles…


En cette période on voit pulluler la polémique de mentir à son enfant. Oui, c’est vrai le père Noël n’existe pas..
Mais je crois fermement que la magie et l’amour que dégage le père Noël et son mythe sont eux bien réels.

J’aime l’idée que l’adulte initie l’enfant autant à sa croyance qu’à sa réalité d’après découverte.

J’aime l’idée de voir s’émerveiller mon enfant pour ce bonhomme tout rond tout rouge aux traits familiers d’un grand-père aimant. ( En plus d’être sympa et d’apporter un cadeau).

Je t’avais dit que nous allons écrire une liste de cadeaux, mais après réflexion nous n’avons écrit qu’une lettre simple pour le fun sans mentionner de cadeaux. J’ai fait une Wishlist sur le blog pour te donner des idées ( à moi-même aussi par la même occasion). Mais je crois qu’il n’est pas bon de céder a tout. Je crois que le père Noël finalement décide lui-même du cadeau qu’il offrira et n’apportera pas toute une panoplie de bazar. Il est vrai que décembre c’est la course à la dépense et c’est devenu tellement commercial… (Sans doute que je vois d’un autre œil depuis que je suis maman?).

Oui j’ai envie d’apprendre à mes filles de multiples valeurs qui me tiennent à cœur, et j’ai pris, dès le début, cette habitude de ne jamais mentirNon le mouche bébé n’est pas douloureux mais c’est très désagréable, oui le vaccin va te faire mal, ça risque de piquer mais maman est là, oui maman doit s’en aller mais elle revient demain et elle ne t’abandonnera jamais… Bref.

Pour le père Noël je peux pas. Cette période est tellement magique… Je n’ai même pas eu le temps d’expliquer quoi que ce soit à Sienna-Rose qu’elle a mentionné d’elle même papa noWel. Alors j’ai suivi, j’ai enjolivé, j’ai marché dans la combine à pieds joints. Le rêve c’est ce qu’il y a de plus beau… Les étoiles dans ses yeux me remplissent le cœur, un jour elle sera assez grande pour ne pas y croire, un jour elle ne sera plus cette petite fille minuscule… Alors laissez-moi profiter à ma manière et selon mes envies.

Pourquoi?

Est-ce que les parents qui veulent à tout prix dire la vérité sur ce mensonge perpétué depuis des décennies ont mal vécu la découverte-vérité? (Ceci n’est pas un jugement juste une question…). Quel est le leitmotiv précis? Même si je trouve la démarche légitime et juste 🙂 je trouve cela tellement dommage de priver mon mioche à moi.

Pour être très franche, je ne me souviens pas du tout comment j’ai appris que le père Noël n’existait pas! J’en déduis que je n’ai pas été choquée outre-mesure. Je me souviens juste que j’étais fière de faire partie des « grands » et j’adorais jouer le jeu avec les plus jeunes (en fait j’en faisais même des tonnes).

Je présume donc que je n’en ai pas souffert et en parlant autour de moi, je constate que nous sommes nombreux/nombreuses à ne pas en avoir souffert…

Ce dont je me souviens?

C’est que j’ai toujours adoré les fêtes de fin d’année, j’ai toujours aimé cette soirée où je pouvais tremper mes lèvres dans un verre de vin, ou l’on mangeait des choses moins ordinaires, où la flamme des bougies dansaient sans cesse. Des films de Noël, des contes, des câlins, de jolies tenues, nos moments face au poêle de la maison. C’était l’incendie dans mon cœur. Cette nuit très courte car le sommeil n’arrivait pas. Une excitation exacerbée et l’oreille tendue à imaginer le père Noël chez moi. Chez moi près de mon sapin. Près de mon sapin à déposer des cadeaux… Tu la sens la magie? Tu la vis la magie?

Moi oui…. Je n’ai pas envie de changer cette tradition tant elle m’apporte tant encore à l’heure d’aujourd’hui. Ça me remplit de choses positives et je découvre noel sois un autre angle depuis que je suis devenue maman. Je saute comme une puce quand j’emballe les cadeaux des minoushkas, je ne tiens plus en place à l’idée de voir leurs yeux au fur et à mesure que le temps avance …

Je me souviens de l’odeur du cacao chaud qui était d’ailleurs complètement négligé. Je me souviens dévaler les escaliers pour atteindre ce sapin tant convoité. Les étoiles dans les yeux et les papillons dans le ventre.. À l’époque je faisais ma prière chaque soir. L’euphorie indescriptible lorsqu’au pied du sapin clignotant que ma mère décorait avec goût (elle est forte pour la déco) je m’asseyais, ma sœur en face de moi qui ne tenait plus en place (par la suite mon petit frère de 10 de moins à qui on ne disait rien car ça nous amusait (arrangeait) grave de faire semblant d’y croire encore hahahha). Ce déballage de cadeau et les découvertes. En y repensant, j’ai les yeux humides et cette nostalgie qui m’enlace. Cette nostalgie de ce temps trop lointain, cette nostalgie alors que je n’étais encore qu’une petite fille, cette nostalgie ou tout était si simple et merveilleux. Je peux l’affirmer Noël a toujours été ma période préférée et je n’ai jamais douté de mes parents à cause de ce minuscule mensonge… Jamais jte dis!

Mais c’est un mensonge!

Oui un mensonge qui engendre de la magie et des étoiles dans les yeux des enfants… Sans doute pas tous… On parle de petit mensonge et pas d’histoires de famille saugrenues, de fardeau familial qui nuit largement plus, crois-en mon expérience. Je pense que jouer au père Noël c’est aussi poser des limites et accompagner l’enfant dans une réalité en douceur (oui c’est ma vision). Je vais les accompagner dans cette douceur au bon goût de petits pains chauds du lever du jour… Et je serai aussi présente le jour ou le rideau se lèvera. L’expérience de la réalité avec ce rite initiatique des plus jeunes est important selon moi. (J’ai dit selon moi..).

Alors oui je vais mentir et j’espère que les enfants qui connaîtront la vérité dès le plus jeune âge arriveront à ne rien briser trop vite…. Que c’est triste une personne qui ne croit pas… Qui ne rêve pas…

Le rêve ne s’achète pas… Le rêve il se vit et je peux te dire que parmi mes meilleurs souvenirs, les fêtes de Noël en font partie.

Un jour je t’écrirai pour te raconter la réaction de Ꮥienna-ℛose, et puis je t’écrirai pour t’expliquer comment elle a eu du mal de ne rien dire à sa sœur, et puis celle de ℒilas-ℬeℓℓe et puis…. Notre vie à 4 dans la magie d’après découverte.

Le savais-tu?

Le père Noël a pour origine saint Nicolas, Sinter klaas (nom Hollandais).

Non je ne vais pas te faire un cours d’histoire 😂😂.

C’est encore les américains qui ont fait prendre de l’envergure au père Noël, et en 1931 Coca-Cola a débarqué. Le père Noël a été dessiné avec une bouteille de coca afin de faire véhiculer l’image du bonhomme qui reprend des forces pendant sa tournée de distribution, bon j’avoue c’est pas très glamour (le pire c’est que je suis une anti-coca mouhahahahah). Et du coup les enfants se mirent à en boire à cette période.

OUI oui, les catholiques n’ont pas été très contents que l’enfant Jesus se fassent voler la vedette par ce barbu aux habits rouges.

Bref que chacun fasse ce qu’il lui plait mais par pitié que tout le monde arrête de juger il n’y a pas une seule méthode ! ♡

J’ai décidé de mentir à ce sujet et j’espère que plus tard elles ne me le reprocheront pas. Si cas contraire alors je leur expliquerai mon approche et je m’excuserai.

Pour l’instant Ꮥienna-ℛose a adoré faire le sapin, le décorer, elle crie au Père Noël des qu’elle aperçoit son effigie, elle hurle de bonheur à chaque sapin illumine (elle crie souvent, OUI 😂✨).

Et toi? Qu’en est-il par chez toi? Quelle est ton expérience? Quel est ton avis à propos de ce sujet?

Se livrer #revelation

Maman s’occupe de moi. J’aime comme Elle me regarde, elle a l’air si souvent fière.

Elle me fait des bisous, parfois ils claquent, parfois ils sont tout mous, puis j’aime bien ses bras, ils sont assez grands pour faire le tour de moi.

Près de maman je me sens grande, MoI aussi je cuisine avec elle, elle me laisse passer l’aspirateur. C’est rigolo ce truc qui mange le sale qu’il y a à terre. Il mange même les poils du chat, maman ne veut pas que je les mange, Elle Dit toujours beeeeerk avec ses yeux bizarres… J’aime bien les yeux bizarres sauf quand Elle fait sa voix qui parle fort. Parfois maman n’est pas contente Et moi j’ai mal au coeur. Je ne comprends pas toujours pourquoi.

Ma maman, Elle est coquette et moi j’aime sentir son parfum. Elle m’autorise à mettre du rouge à lèvres qui brille. Je la trouve belle et moi aussi je suis belle, c’est Elle qui me le dit, souvent, même papa le Dit, même boulou et même nini, mamé et puis patou aussi. Marraine me le dit toujours avec sa tête qui m’aime Et tonton aussi. D’ailleurs Memere s’y met aussi Et Manou. Lou, Elle Dit rien Elle, MAis je le vois bien qu’elle me trouve Jolie. Nanou le Dit souvent à maman…

Maman, Elle aime bien être dans la cuisine, alors moi je fais comme elle, j’ai le droit de goûter à des trucs pas bons et aussi lécher la cuillère de chocolat. MoI je sais faire les gâteaux et aussi les smoothies. C’est drôle le bruit du robot a smoothie, il crie fort dans les oreilles mais il gentil. C’est toujours bon les jus qu il donne.

Maman Elle est comme moi. Elle adore le chocolat, papa Dit toujours qu’on est gourmandes. Maman ne le sait pas, il me file toujours du chocolat en cachette, moi j’aime bien quand il fait ça mais maman n’est pas toujours contente. Je comprends pas.

Je suis propre aussi, je ne mets plus de couche! T’aurais dû voir sa tête à maman, j’ai cru qu’elle allait pleurer… Elle m’a dit bravo Et elle m’a emmené chercher des cadeaux. Elle a dit NoN à quelques trucs mais j’ai rusé et les sacs étaient pleins. J’aime bien les jouets, je crois que je vais refaire dans le petit pot…

Après le bain ou la douche j’aime bien quand on met de l’huile. C’est tout doux sur la peau. Et puis je sens bon. Maman Elle sent toujours mon cou, mes joues… Parfois Elle est collante. Peut être qu’elle veut mes oreilles d’ours. Il est tout bleu mon essuie ours. Maman Elle en a pas des beaux comme ça.

Le soir maman, Elle fait la fourmie avant que papa rentre, elle Dit qu’il faut que je me dépêche à ranger les jouets, MoI j’aime bien quand tout est dans le salon, Et c’est beau, mais Elle aime pas. C’est pas comique. Alors quand papa rentre, je cours dans ses bras et il joue avec moi. Je le traîne dans ma chambre et on lit des livres. C’est beau les livres, moi je fais semblant de lire Et papa il rigole. Lui aussi il est collant, il me fait toujours trop de bisous qui piquent.

Le soir j’aime bien les bisous et aussi les câlins… Mais je crie fort et je pleure pour qu’ils comprennent. Ils sont grands et ne comprennent rien. Alors je crie et je lance les choses. Ils s’imaginent gagner Car je fais semblant de dormir, je dors un peu, mais ils savent pas que je vais les rejoindre plus tard. Traverser la chambre sans faire de bruit. Je vais prendre Oscar mon chien, il a peur dans le noir. Ni vu ni connu papa fait le pumba Et couvre mon arrivée entre les deux…. Ils se souviennent pas?? Toutes les nuits c’est pareil…

Hier j’étais pas contente… Maman a compris.. Elle s’est assise devant moi et moi je criais… alors je suis ai dit!

Le lit à papa maman lilabel, kayose tout seule…

Elle a fait ses yeux tout mous… Elle a fait sa voix de miel. Elle m’a fait un câlin et on a parlé. Elle m’a dit que moi quand j’étais un petit petit bébé, j’étais à côté d’elle. Jamais dans son lit. Toujours à côté d’elle.

Je dois pas être jalouse elle Dit. Elle m’a serré fort et je me suis sentie bien. Hier j’ai dormi jusqu au matin.

J’aime bien ma soeur Et aussi maman et aussi papa. Je m’appelle Ꮥienna-ℛose et j’ai deux ans et deux mois.


Et puis moi qui n’ai pas compris. Pas compris qu’elle pouvait se sentir délaissée, seule dans la chambre. Seule, alors que nous sommes 3 dans la mienne.

Comment j’ai pu oublié à quel point elle est sensible, à quel point elle comprend les choses.

Comment j’ai pu ne pas deviner plus tôt.

Coupable. Je suis coupable.

Mon coeur en miettes devant ses petits mots d’hier soir…

❝le lit à papa maman lilabel, kayose tout seule❞

La puissance de ces mots, de ses mots, de ses maux… Cette violence en pleine tronche du mal être de ma prunelle.

Elle n’est pas jalouse de ℒilas-ℬeℓℓe… Elle m’en veut à moi. Elle aime sa soeur Et redouble de gentillesse envers Elle, d’attentions…

J’ai compris … ENFiN..

Pardon ma douce. Et c’est à ce moment même que je suis prête à ne plus dormir qu’avec mon amoureux, Et je me fiche de ce que diront les gens. Je vais expliquer à Ꮥienna-ℛose que je l’aime, que je l’aime autant que j’aime ℒilas-ℬeℓℓe. Je vais l’enrouler dans mon amour. Je vais plus lutter le soir. On va parler, encore expliquer. Et on verra ce qu’il se passe. En restant calme et en s’aiment simplement.

J’ai encore un peu le coeur qui se serre quand je repense à hier soir. Le désarroi dans ses yeux et sa tristesse si flagrante.