Comment c’était avant? #citytripVérone

Ça commence par ce matin là... un petit dej en famille...

Un porridge pour elle, car depuis peu elle ne veut que ça le matin… (imitation?). Un petit jus pressé, en ce moment c’est la bataille pour lui faire manger des fruits 😅.
Et des câlins, et c’est la course aussi.. préparer les vêtements, changer la couche, prendre le bain, préparer le repas du midi, la mettre à la sieste.

Boucler nos valises, courir sous la douche, ranger la cuisine, faire la petite vaisselle, préparer la table, me maquiller… bref c’est de l’organisation (je suis assez fouillie parfois).

C’est la première fois.

Ꮥienna-ℛose a presque 16 mois, et c’est la première fois que je pars Sans elle. Première fois que je ne l’ai pas à portée de MES bras. Je suis loin, trop loin pour que s’il n’arrive quelque chose je sois là en quelques minutes…

Et je suis mitigée.. Le besoin de souffler, de n’être qu’une femme, juste une femme, et ce côté Louve qui est là prêt à bondir, à s’exprimer, à marquer son territoire, à protéger sa descendance.

Destination?

Vérone. 

L’Italie c’est beau, et puis c’est bon aussi..
Moi j’aime le bon, le beau, puis j’aime les voyages.
Je me nourris de ça. Alors ce n’est pas le bout du monde, mais dans le fond qu’importe la destination, au bout il y a l’évasion et la ressource intérieure..


Je ne sais pas toi, mais moi, quand je suis à l’étranger, j’aime analyser les gens, les observer, goûter la nourriture locale et surtout typique.

je suis arrivée à Vérone en soirée et n’ayant pas le temps de chercher après une navette pour le centre j’ai couru vers le premier taxi. 😏 j’avoue j’avais faim! Et quand le ventre tiraille plus rien ne compte… ahaha.
Après avoir déposé mes valises, me voilà dans une petite trattoria que m’avait conseillé mon correspondant Italien.

Étant végétarienne, j’ai été également surprise de constater que la carte était géniale. Les allergènes et les modes alimentaires repris 😳. Un choix plutôt large du coup pour cette petite carte. Sorry je te mets les desserts sous le nez 😬 mais j’ai pas photographié le reste.

En plat j’ai succombé à ça:

J’adore les tortellini, j’adore la ricotta et j’apprécie la betterave.. Comment dire que je n’ai jamais pensé à associer ces saveurs 😳 mais je vais y remédier pour que Ꮥienna-ℛose  voyage avec son assiette au pays de son papa. (je suis végétarienne à tendance végan mais il y a encore quelques fromages que je n’ai pas retiré, …).

En dessert, j’ai littéralement succombé à un dessert Vegan MAGNIFIQUE!!! Un espèce de muffin à la noisette avec une crème à la pistache. Associer ces deux saveurs, une tuerie, prochain challenge? Reproduire ce dessert et évidemment si ça fonctionne ça sera sur le blog 🙌🏼😬. Je n’ai plus la photo, ceux de Snapchat auront été gâtés :)) et mon ventre aussi me souffle la gourmandise.

Mais au fait, il fait froid à Vérone 😳, c’est uniquement pour cette raison que mon séjour s’est chargé de pâtes, de pâtes, de pâtes et un peu de sucré… ah j’ai oublié Le bon vin aussi, Valpolicella et l’Amarone, vin local et d’excellente qualité.

img_6885

Ça fait du bien de partir loin de TOUT et de TOUS…. se retrouver un peu… OUI il est vrai que j’ai culpabilisé.. 

Ce paradoxe même, heureuse et culpabilisée à la fois…    

C’est donc ça être une maman, vouloir assurer un max auprès de son enfant, vouloir être là simplement… Et à la fois, C’est se sentir coupable de vouloir profiter pleinement d’un séjour sans enfant. Se vider l’esprit. 

Les trucs les plus bizarres?

√ Pouvoir dormir plus tard que 7h.
√ Ne penser qu’à soi et se vernir les ongles en 6 min top chrono…
√ Se maquiller seule.
√ S’habiller seule.
√ Manger sans se préoccuper du repas du bébé.
√ Aller au toilette seule.
√ Perdre la notion du temps et profiter.

Ça fait un bien fou!

Et puis vient le midi.. dans un minuscule endroit où à la vitrine sont collés de multiples autocollants (routard, bison futé, …..).
Vient ce moment où tu savoures ton verre d’Amarone et ton plat de pâtes 👌🏼 (encore? Je suis en Italie pardi). Mais avant ils te servent des olives, des chips, grisini,… Non, tu ne peux mourir de faim. 

Mais,

vient ce moment, où tu reçois un message le plus anodin du monde: ta belle-mère (OUI Le mioche a presque 16mois ne se garde pas seule avec le chat) qui te fait parvenir une jolie photo de ta jolie progéniture. Cette petite fille pétillante qui joue en France…
Vient alors ce moment embarrassant où mes yeux s’embuent de larmes. Je n’y avais plus songé, en l’espace d’un instant, je vivais le présent, sans nostalgie, sans projection, juste le présent.. Et bammmmm, j’ai une petite fille, je ne suis plus cette jeune fille insouciante qui cheminait les rues d’autres villes avec ce désir incessant d’ailleurs… Je suis cette femme qui est devenue grande, qui a 30 ans et quelques marques du temps sur le visage. Cette femme Moins centrée sur elle-même et en totale admiration devant ce petit être qui devient trop grande trop vite.

La prochaine fois?
Et bien elle fera partie du voyage, c’est sûr!
Néanmoins, je compte quand même m’autoriser de souffler un peu, une fois de temps en temps… Pour moi, pour lui et puis pour elle… Comme me l’a dit ma jolie Sam, des parents ressourcés, ça ne peut être que bénéfique pour un enfant. Et c’est vrai que BORDEL j’en avais besoin! 

« L’égoïsme est mère de la générosité »

Que dire sur Vérone? C’est petit, Le centre est très joli, l’architecture est mignonne et « presque » d’antan (merci les 1ère et 2eme guerres mondiales).  Des magasins pour ravir le peuple et les touristes, il y a évidemment les boutiques de luxe et évidemment des magasins « bas de gamme ».

Quelques sites à découvrir?

L’Arena, amphithéâtre Romain (clin d’œil au Colisée de Rome), cette arène est devenue un théâtre lyrique. Il est evidemment possible de le visiter (10€/pers.).


Le Ponte Pietra, seul pont « original » de l’époque romaine. Détruit pendant la seconde guerre mondiale, il a été reconstruit avec les pierres tombées dans le fleuve.

Les multiples marchés de Noël  (en décembre c’est une évidence).

Gourmandises locales et vins chauds sont à l’honneur ♡


Étonné par cette boulangerie cuisant le pain sur place :

La piazza Erbe et son ciel de stalactites… J’ai trouvé cela super joli…

Cette place est charmante au possible. Avec son marché journalier, fruits, légumes, châtaignes grillées, souvenirs,… Les restaurants entourent la place et au bout on arrive vers un lieu incontournable.

 Qui dit Vérone dit Roméo & Juliette.

Comment ne pas citer les amants cultes ou l’histoire d’amour la plus lue ou vue dans le monde (ou alors c’est Titanic?).

Et là je me suis surprise à rêver de cette époque si lointaine à la mienne. Ce fantasme romantique qui manque cruellement à notre génération 2.0 . La beauté des lettres remplacée par la froideur du clavier. La violence de cet amour si soudain et si fort à la fois.

Cette porte cadenassée par l’amour des uns et des autres…

Bon les boutiques de souvenirs et le Musée te remettent vite les idées en place quand même.

Et ce mur qui porte les marques de nombreux amoureux transis. Ce long couloir qui mène a la petite cour qui mène elle-même à l’entrée de ce balcon si connu.

Je trouve que la ville regorge de petits recoins romantiques si l’on ose s’écarter des chemins traditionnels (touristiques).

J’ai fondu d’amour pour des petits endroits bien sympatoches, mais je n’avais que 2 petites journées sur place, alors on a fait l’essentiel.


Et les jolis vitrines qui te narguaient de pâtisseries par exemple.

Je n’ai pas succombé à tout hein.

Et ce café mousse de lait de soja et son onctuosité incomparable, on en parle?

Ce petit plat vege avec la traditionnelle mozza di Buffala bio. (Ouais je sais ça te donne faim 😂😂😂)

Mais j’ai craqué aussi pour cette soupe aux lentilles, blé et champignons :

Ou même ces pâtes au potiron avec une sauce amande et pignons de pin:


Monsieur lladymum lui n’a pas dérogé à la règle omnivore:


Et à même craqué pour un tiramisu:

J’ai goûté cette crêpe beignet un peu louche,  mais je n’ai pas aimé l’arrière goût d’orange qui m’a un peu dégouté… Mais bon les goûts et les couleurs hein… Tu connais toi? Je ne sais pas si c’est typique de la ville mais il y en avait partout… Et comme je suis de nature curieuse… hahahaha.

Conclusion de ce séjour:

J’ai rencontré un couple de Romains, super gentils qui parlaient très bien l’anglais et aussi le français.. On a comparé les villes, nos souvenirs, parlé de la belgique, des cultures… Bref c’était très agréable. On a bien mangé, on a eu froid. Mais on s’est senti ressourcé et surtout pressé de serrer notre petite fille dans nos bras. Même si par moment on profitait en tant que couple, on était vite rattrapé par notre statut « parent ». Le lus beau rôle de notre vie. Je n’aurais pas pu rester 1 semaine par contre, le manque aurait été trop intense. Mais je crois que le bien-être du couple passe aussi par le fait de souffler et se retrouver.  Oui j’ai culpabilisé de la laisser, mais oui j’ai soufflé et j’ai profité. Les retrouvailles ont été très fortes, très riches en émotionS. Je suis une femme et je suis une mère, comme je le dis toujours les deux sont indissociables. J’ai trouvé Vérone petit et je trouve qu’on en fait vite le tour, mais tout est bien fait aussi, bien indiqué et les gens très sympathiques. La bouffe italienne est la bouffe italienne, c’est à dire, j’en suis amoureuse et heureusement que je n’y vis pas mouhahhahah. #gourmandise. A refaire donc, alterner des séjours avec elle et un séjour sans elle…

Et toi?
Comment se passent les séparations?
Les retrouvailles juste entre couple?
Laisser bébé?
Les retrouvailles avec bébé?


des bisous, des paillettes et des voyages ♡ 


Ps cette photo est trop comique pour que je t’en prive 😅

Punk is not dead 👌🏼 👌🏼

Publicités

Moi, maman parfaite? #intox

Lorsque je reçois des messages de personnes que je connais, et encore plus surprenant, de personnes que je connais peu ou pas du tout qui me disent qu’ils aimeraient me ressembler, que la maternité me va à ravir, que je suis une bonne mère, que je ressemble à la maman parfaite (non non je ne me jette pas de fleurs, je reçois réellement ces compliments) et bien je me sens gênée, contente (pour ne pas dire heureuse), surprise aussi parfois.. et du fond du cœur, je vous remercie, toutes et tous… cela à cette force de me remplir de joie, de  me donner encore plus confiance, de me donner l’envie de partager encore plus avec vous…
Mais la réalité est toute autre… (enfin j’exagère en disant tout autre…)
Oh non, je ne fais pas semblant, oh oui j’aime ma fille plus que TOUT (la mère Gaga c’est cadeau et ça depuis bien longtemps…). J’ai conscience qu’en ouvrant ce blog, je me mettais à nue volontairement. Et c’est pourquoi cet article me semble évident et important.

Car oui j’essaye d’être une maman idéale, mais au fond… Qu’est-ce qu une mère idéale? Selon nos cultures, selon nos traditions, selon nos convictions, selon nos éducations, selon notre époque, selon les tendances, selon… selon TOUT un tas de raison, je peux affirmer qu’il n’y a pas de mère idéale…

J’ai pris un chemin qui me correspond selon moi, depuis la grossesse (et un peu avant aussi), je me dirige vers le naturel (cosmétique, produits enfants...) , Le respect des animaux (cosmétiques, nourriture, comme tu le sais je suis, à présent végétarienne), Le respect de soi et d’autrui (je lis, m’informe avec de ouvrages sur l’éducation, je trie, j’écoute les autres, d’une oreille tu le sais bien, mais je prends ce qui me semble bon).

Cependant, je ne suis pas si idéale que cela… 

Il m’est arrivé de douter de nombreuses fois, il m’est arrivé de m’énerver de très nombreuses fois également. Il m’est arrivé de perdre patience…

Il m’est arrivé de ne pas y arriver, de ne pas savoir appliquer les ❝règles❞ que je m’étais fixée…

il m’est arrivé d’échouer aussi.. Le fait d’être maman, implique d’être constamment en compétition avec soi-même. Des échecs on en essuie beaucoup mais heureusement des réussites aussi.

Pour te donner quelques exemples, car je sais que tu les attends avec impatience les exemples. Ben oui je t’emmène sur un chemin en étant mega évasive et toi ce que tu attends c’est pouvoir te rassurer en te disant: elle aussi!!!! .

  1. Je me suis déjà vue en train de perdre patience car elle était en plein repas, que j’étais pressée, qu’elle voulait manger seule, et qu’elle en mettait plein partout… mais précisément plein sur ses jolis vêtements fraîchement portes… et après coup je me dis, mais ma pauvre tu es ridicule… non seulement tu es adepte de laisser ton bebe apprendre par lui-même, et ensuite tu lui reproches presque ton impatience à toi? Evidemment, qu’elle ne s’est pas dit ❝tiens, je vais me tâcher pour embêter et ralentir maman❞. Je m’en veux.
  2. Oui, je l’ai déjà disputé de tirer sur mon pantalon alors que je venais de raccrocher le téléphone en m’énervent avec autrui… elle n’en pouvait donc rien, et pourtant, c’est elle qui s’est mangé un refus alors qu elle ne m’avait strictement rien fait… pire, elle voulait venir vers moi… je m’en veux…
  3. Et la fois, ou au restaurant, elle a fait une crise (c’était hier..), à dire vrai elle était carrément infernale, à pleurer, s’énerver, raler, crier,…. et j’étais peut être, j’avoue, un peu mal à l’aise.. dans ces cas-là j’ai envie de m’énerver et de lui hurler dessus… (ou faire semblant que ce n’est pas la mienne 😂), si ça n’était pas elle c’est sans doute ce que j’aurais fait (Et là je repense  à mes clichés d’avant maternité sur les parents qui ne savent pas tenir leur gosse, bimmm dans ma face). Bref, j’essaye de gérer tant bien que mal, moi qui met du cœur à l’ouvrage afin d’éduquer mon bebe dans la bienveillance, dans l’autonomie et dans l’échange… je m’en veux...
  4. Quand parfois je suis débordée niveau tâche ménagère (oui oui ne fais pas semblant, ça t est arrivé aussi, sûrement ou alors tu as une femme d’ouvrage mais ça compte pas), et que je la delaisse un peu pour vite finir… nan, mais #mereindigne, on s’occupe de son enfant et puis on fait le reste… je m’en veux… 
  5. Quand il m’arrive d’être ravie de la mettre à la sieste, ou au dodo de la nuit…. Je m’en veux...
  6. Et depuis peu, il est venu avec les mois qui passent le temps des caprices…. ahhhhh les caprices, je gère, je tiens bon (pas le cas de toute la famille 😉) mais il arrive que cela m’irrite… mais à un point…. et encore je m’estime chanceuse quand je parle avec d’autres parents… et là, je culpabilise encore plus, bref je perds patience et… je m’en veux…
  7. Quand il est Le moment du change (je te parle pas du petit pipi gentil), le grand change et que mademoiselle a décidé de mettre ses mains partout où il y a des risques de salissures extrêmes (je te fais un dessin ou…), ça m’exaspère!!!!!! Je m’en veux.

Après sa bouille me fait quand même littéralement craqué à cette minuscule peste 😂 (peste est utilisé dans un sens moqueur evidemment, je sens que je vais avoir les services sociaux 😅)

J’en ai d’autres en stock des exemples, mais ce sera TOUT pour aujourd’hui… mon seuil de culpabilité est presque à son comble je vais arrêter de charger la mule 😄🙈.  D’ailleurs je suis en train d’écrire en étant chez le coiffeur, j’ai laissé Le mioche à ma sœur… (nous sommes en Pologne et elle faisait sa sieste pour mon départ 😉 tu vois je ne suis pas si mauvaise, j’ai quand même attendu qu’elle dorme pour m’eclipser…

Dis moi, ça t’arrive de perdre patience à toi aussi? Dis moi, c’est normal parfois n’est ce pas? 

Parfois j’y pense juste après et vraiment ça me pèse… je ne suis pas la maman la plus ❝zen❞ du monde. (Je t’avoue qu’en ce moment avec la fatigue en prime je suis Moins patiente et je m’en veux beaucoup car elle elle n’y peut rien…).

Mum 0 SR 1 #rentréechezlaNounou

Ça commence par cette photo:

Et mon coeur au bord des lèvres, des rivières dans les yeux.. et pourtant, je suis confiante. Encore un peu fébrile mais confiante. Quel sentiment étrange « d’abandonner » (ok ce therme est un peu dur) son enfant à une personne qui nous est totalement inconnue. Tu vas me dire, y a la familiarisation, et je vais te répondre « heureusement« .

Avec cette photo, je sais qu’elle va bien, elle n’a pas eu mal au coeur pour mon départ, aucune larme, mon départ était à 7h34 tapante (je travaillais normalement pour 8h30 en ayant 1h de route, heureusement j’avais prévenu l’équipe et quelqu’un était là pour assurer en attendant que j’arrive, et j’ai décidé de ne pas la déposer dans la hâte en me barrant comme une maman pressée, j’ai décidé de prendre le temps pour ce premier jour si important). C’était son premier jour chez la nounou, comme une grande, sans son repère principal, MOI!

Moi la maman « prête » qui ne l’était pas tant que cela finalement. En réalité, on avait commencé la semaine qui précédait ce jour de rentrée, quelques heures ensemble.
La fameuse familiarisation.

La familiarisation consiste à venir avec son bébé afin, comme son nom l’indique de se familiariser, autant bébé que maman. Bébé prend ses marques, découvre de nouveaux jouets, de nouveaux enfants et surtout une nouvelle grande personne. Une personne qui va prendre le relais pendant que papa et maman travaillent. Une personne qui doit être parfaite pour s’occuper de notre minuscule, notre prunelle, notre tout, notre vie, notre bébé. Maman, elle observe tout et essaye de se rassurer… 

Pendant cette phase, nous (enfin surtout moi en mode DETECTIVE) avons observé la nounou, ses gestes, le ton de sa voix, les autres enfants, la pédagogie qu’elle emploie, les jeux, nous nous sommes renseignés sur ce qu’elle cuisine (légumes de son jardin, donc de saison, danse de la joie), elle varie beaucoup les modes de cuisson, j’aime beaucoup l’idée, par exemple je ne fais jamais de tajine et Ꮥienna-ℛose  s’est régalée en goûtant ce met. Pour ma part, j’ai aussi observé les autres parents, ça parait bête mais j’ai été rassurée. J’aime le fait que la nounou soit très douce, très disponible (tu vas me dire c’est un peu son rôle 😂).

Nous avons fait le choix de ne pas la mettre à la crèche (tu te souviens de mes péripéties? quel parcours du combattant entre le choix qui s’offre à nous, les places dispo ou pas.. bref..) et donc chez une nourrice conventionnée, évidemment. Le petit plus est que son mari est psychologue et l’aide parfois à la maison, tant pour s’occuper des petits que pour faire des activités ou autre. Le feeling est passé et les petits l’adorent. Ꮥienna-ℛose  est méga à l’aise et l’épisode que je vous avais raconté dans un article précédent « terreur des bacs à sable » (ici) ne s’est plus jamais présenté (je touche du bois à cet instant précis).

Il est vrai que le fait de passer du temps chez elle avec ma douce m’a fait du bien, m’a mise à l’aise. Mais une fois le JOUR J venu, c’était différent. C’était pour du vrai. On n’allait plus se contenter de rester 2h au plus, non j’allais devoir partir et la laisser là pour toute une journée complète. Pire, j’avais eu cette chance avec le boulot, d’avoir pu commencer plus tard et donc d’emmener mini miss moi-même (je n’aurai pas supporté l’inverse). Par contre, fin de journée je n’ai pas pu aller la rechercher… l’idée m’était difficile mais j’ai pu compter sur ses grands parents qui l’aiment d’un amour absolu!  (Et dire qu’un jour ce mioche va découcher de la maison et fera des soirées, je vais mourir je crois!!).

Ça parait bête, mais je lui ai parlé (j’ai essayé de lui expliquer depuis quelques temps déjà, que papa travaillait beaucoup, et que sa maman devait retrouver sa vie active.. Par conséquent, elle allait passer du temps avec des copains et des copines, qu’une grande personne la garderait pendant ce laps de temps MAIS que chaque jour son papa ou moi, on viendrait la chercher, quoi qu’il arrive chaque jour elle rentrerait à la maison, retrouver ses jouets, Roméo, nos calins, nos repas mais surtout NOUS, sa famille).

Comment te dire, que j’adore cette nounou (peut-être agissent-elles toutes de la même façon), mais je reçois des messages toute la journée, et mon coeur bondit de joie à chaque lecture, parfois un simple message qui m’explique les repas, parfois une photo lors d’une activité. Une chose insignifiante en soi mais tellement importante pour un coeur de maman. De plus, la nounou note tout dans un carnet que je dévore le soir, mieux que Bernard Werber, mieux que Baudelaire, le cahier de la vie de ma fille. Elle y note les repas, les changes, les activités, les comportements… Bref c’est génial. Ꮥienna-ℛose  est ce que j’ai de plus précieux en ce bas monde et lorsqu’elle est loin de moi (maman louve) j’ai du mal.
Je n’arrive pas toujours à lacher prise. One day…

img_5928

C’était donc les premiers échanges… quelques minutes après mon départ… je n’ai pu retenir mes larmes.. Dans ma voiture seule, avec Damien saez en fond sonore. J’ai roulé en imaginant mon bébé. J’ai prié aussi pour que tout se passe bien, j’ai honte d’avoir prié pour une chose aussi dérisoire lorsque je vois qu’il y a plus grave dans ce monde, mais c’est comme ça..

 

Je t’avoue que je suis souvent très fière de ce que me notifie la nounou, je ne sais pas si elle fait ça à toutes les mamans, mais ça fait toujours gonfler mon égo de lire que ma toute petite est exemplaire, qu’elle analyse beaucoup et qu’elle étonne par ce qu’elle sait déjà faire pour son âge. (J’assume carrément mon côté pétasse!). Dans le fond, on est toutes pareilles…

Mais qu’est-ce que j’ai ri en imaginant Ꮥienna-ℛose piquer le morceau de pomme fraîchement coupé de la nounou… C’est une sacrée chipie mon pépin ♡.

img_6003



C’est une sacrée revanche pour la maman poule que je suis. J’en ai essuyé des remarques du style:

  • Tu en feras un enfant pas sociable vu qu’elle est toujours collée à toi.
    ERREUR, SR est d’une trop grande sociabilité, elle va vers tout le monde et est vraiment TROP amitueuse.
  • La séparation va être très difficile, je ne voudrais pas être à ta place lors du premier jour chez la nounou.
    Alors déjà je n’ai demandé à personne d’être à ma place, et pour info, mademoiselle n’a pas versé une larme et m’a même dit aurevoir de la main (ok pas de bisou).
  • Elle risque d’être sauvage avec les autres enfants vu qu’elle n’en côtoie qu’occasionnellement.
    Et bien pour le coup, j’avais très peur de cela, et en réalité, elle aide les plus petits et imitent les plus grands. (#proudmom).
  • Tu aurais du couper le cordon plus tôt, au moins elle ne se serait pas rendue compte…
    Comment dire que pour moi il était inconcevable de la faire garder plus tôt, je l’admets je n’étais pas prête, et j’ai la chance que Monsieur lladymum a soutenu cette décision. A refaire, tout serait pareil! En prime, je me rassure en me disant que justement, le fait d’avoir été ensemble beaucoup lui a permis d’avoir confiance en elle et en moi-même. (Laisse moi me convaincre…)

… je vais m’arrêter là pour les exemples, dans le fond ce qui compte c’est le résultat. Ne jamais cesser de se faire confiance et n’écouter les autres que d’une oreille 🙂 prendre ce qu’il y a de mieux dans les conseils, faire le tri et s’écouter.


Alors oui, ce premier jour a déchiré mon coeur, oui j’ai culpabilisé de laisser mon enfant à quelqu’un d’autre et oui j’ai donc accepté de lâcher prise un minimum par obligation.
Oui, cette nounou est vraiment un charme, que les premiers jours se déroulent mieux que je ne l’avais espéré..
Qu’en fait cette situation est beaucoup plus difficile pour moi que pour mon bébé et heureusement finalement.

Mais je sais aussi qu’elle est ravie de jouer avec d’autres enfants de vivre des nouvelles choses en tant qu’individu. De pouvoir s’affirmer sans moi. Parfois, je regrette de ne pas la garder encore près de moi… Mais c’est éphémère, et je me rassure encore et toujours… La seule différence c’est que pour l’instant elle me teste un peu plus, c’est difficile à gérer avec ma fatigue de ces jours-ci mais je garde en tête que ce n’est qu’un bébé et que son but premier n’est pas de me pourrir la vie mais plutôt de s’exprimer. Elle ressent quand même que je ne suis plus autant là, et dans le fond, même si l’idée me fait beaucoup de mal, ça doit la chambouler un peu, juste un peu. Alors je profite des moments que l’on a à deux, on joue à des jeux, on prend le temps…

La vie d’une maman (d’un papa aussi mais c’est pas pareil) c’est pas facile…

 

Craintes d’une future maman #bébé2

Définition amour transi:

Sens: Sentiment d’affection tellement fort qu’il paralyse la personne qui éprouve ce sentiment, Anglais frozen love.


Je tiens tout de suite à rectifier ton imagination débordante que j’admets avoir activé.
Non je ne suis pas enceinte.

Mais cela ne m’empêche pas de me questionner. J’ai toujours voulu avoir 2 enfants… Si possible pas trop éloigné en âge.

En Théorie, ça roule super bien.

J‘imagine deux enfants jouant ensemble, se confiant l’un à l’autre. Faisant des bêtises en nous défiant. J’imagine les repas familiaux, les rires d’enfants dans la maison, les dimanches câlins dans le lit parental, des tartes à la 6-4-2 faites par les chérubins… 

Mais en pratique ça donne quoi?

Je peux dire que pour ma part c’est un poil différent.

J‘en ai presque honte. 

Le problème est que j’aime Ꮥienna-ℛose démesurément. (C’est un peu le centre de ma vie).

Chaque parcelle de mon corps est en connexion avec sa peau. Mon regard ne cesse de la chercher dans une pièce, dans la foule, dans d’autres bras que les miens… Je me drogue littéralement à son odeur, je me shoote à ses sourires, je fonds d’amour devant ses progrès.. Je suis en totale admiration (perdition) devant elle. Vaincue.. Je suis vaincue… Avec elle je n’hésite plus et la vie devient sucrée, folle, merveilleuse (oui même les nuits chaotiques… ). Je suis amoureuse de ce petit être que j’apprends à connaître parfaitement alors qu’elle même ne l’est pas (qui l’est finalement? si parfaitement imparfaite #mamanobjective).

Depuis son arrivée le bonheur se résume à l’instant présent.. Une main tendue… Un bisou.. Un câlin qu’elle m’offre (même pas mérité). Tout ce qui vient d’elle me semble inestimablement précieux. Je l’aime de façon inexprimable.

J‘aime être son repère, j’aime nos regards échangés, qu’ils soient  attendrissants, complices ou même quand elle  me teste. J’aime me sentir utile et indispensable. J’arrive à me sentir irremplaçable (une maman on en a qu’une).

Avant de l’avoir, j’avais peur d’être une mauvaise mère, j’avais peur de ne pas y arriver. J’avais peur de ce que j’allais pouvoir ressentir. Peur que mon couple craque. ( oui, un bébé implique énormément de changements, de discussions, de désaccords, de… C’est pas le sujet de cet article pardon).

Maintenant qu’elle est dans ma vie, je me demande comment j’ai fait pour vivre sans elle. Même si je ne suis pas sûre de moi pour tout, j’essaye de me faire confiance.. Et ça fonctionne. Je laisse place à l’instinct mais surtout on se complète, on se fait confiance, on apprend..

On s’apprivoise.

Quand je me projette en tant que maman « Numérobis ». Je suis complètement effrayée!

 Je me demande comment vais je pouvoir l’aimer autant que Ꮥienna-ℛose? Et si je faisais une différence malgré moi? Et si je n’y arrivais pas? Comment admirer autant un autre enfant? Et si je n’avais même pas de temps à lui consacrer? Et si ça ne passait pas. (le feeling ça fonctionne aussi pour nos enfants?).
Le pire, c’est que je suis persuadée qu’on ne peut aimer plusieurs enfant de la même façon, ne me dites pas le contraire. Pour moi c’est inconcevable. Une personne n’est pas l’autre. Et si, Ꮥienna-ℛose en souffrait? Si elle devenait jalouse? Et si je faisais une préférence?

Je le sais je vais culpabiliser de ne plus être disponible pour mademoiselle autant que je le suis actuellement. Comme gérer le temps pour essayer de créer un équilibre, autant pour SR que pour bébé 2. Sans surprotéger la première ni même la responsabiliser trop vite.  Comment offrir autant de temps à bébé 2 pour qu’il puisse profiter un max de sa maman?Comment ne pas faire de différences? Comment ne pas le rendre jaloux, lui aussi, finalement?

Comment faites-vous?

Mais si je ne ressentais pas les mêmes sentiments : comment aimer ce deuxième petit être comme il le mérite? A-t-on la même patience? Est-on plus laxiste vu qu’on est devenu intarissable au sujet de la dite « maternité »? J’ai peur de ne pas l’aimer comme il faut, maladroitement, pas assez. Comme si je me mettais, toute seule, des bâtons dans les roues. Comme si j’avais peur de trahir Ꮥienna-ℛose, de casser notre fusion. J’ai peur de manquer de patience avec elle car à coup sûr un deuxième enfant ça épuise, les nuits par exemple. Ce sentiment d’impuissance mêlé à la culpabilité mais aussi et surtout à l’angoisse. Comment ne pas faire d’amalgames? de comparaisons? Je ne veux pas comparer…

Est-ce que l’émerveillement est pareil? 

Ce que je vis avec Ꮥienna-ℛose, tout est neuf, même les manuels ne décrivent pas notre quotidien. Chaque parent chaque enfant est différent. Mais alors ces premières fois… Je les aurais déjà vécue.. Comment vais-je pouvoir être autant émerveillée?
Et avec le recul, pour BB1 j’avais déjà des questions : tant que BB n’est pas là c’est pas évident de concrétiser cette idée d’amour !  Comment se rendre compte d’une situation qu’on ne vit pas. Avant BB1 j’avais des idées sur mon comportement, mais ça c’était avant.

Je me souviens de ce que j’ai ressenti pour Ꮥienna-ℛose, quand elle est née. Plus rien n’existait. Une bulle hors du temps et de l’espace. Ce tsunami émotionnel qui m a changé à jamais. Cet amour que je me suis pris violemment dans la gueule si violemment. Cet amour qui me comble et nourrit mon intérieur.

Dites moi c’est pareil pour un deuxième?

J’ai mis longtemps à terminer cet article. Je l’ai relu au moins 100 000 fois. J’ai rectifié. J’avais peur du jugement. De ton jugement. Et puis je me suis dit… Écris.. Sois toi… Sois franche… Ce blog est aussi un peu mon journal.. J’ai essayé de peser mes mots et d’allonger mes maux. Sujet peu évident…

L’amour ne se partage pas, ne se divise pas..
Il se multiplie.
On ne naît pas maman, on le devient…

Le flan salé #babymum

Ce flan est adapté pour les bébés dès 10 mois si aucun terrain allergique à l’œuf dans la famille. Par précaution, tu peux attendre les 12 mois de bébé.
Personnellement, j’ai coupé la poire en deux ( non non ce n’est pas un ingrédient de la recette), Ꮥienna-ℛose a 11mois (j-3).

Ustensiles: ramequins ou plat allant au four. Un grand bol (ou saladier), une fourchette, une cuillère.

 


Pour bébé et maman,


 

Ingrédients:

  • 1 courgette
  • 3 càs de pâtes alphabet
  • 2 œufs
  • 1 gousse d’ail
  • 2 grosses (très généreuses) càs de fromage frais, j’ai utilisé le ❝madame Loïc ❞
  • 1càc d’huile olive
  • Épices facultatives, j’ai utilisé du poivre et un peu de ciboulette.

 

ℛéalisation:

  1. Lave avec ton éponge qui gratte la peau de ta courgette et coupe les extrémités.
  2. Détaille ta courgette en dés.
  3. Faire cuire tes dés de courgette soit au babycook (niveau 3 d’eau) ou 10 minutes à la vapeur.
  4. Mixe grossièrement la courgette.
  5. Préchauffe le four à 220•c.
  6. Cuire les pâtes alphabet pour qu’elles soient fondantes.
  7. Pèle ta gousse d’ail et frotte l’intérieur de tes ramequins/plat.
  8. Dans un grand bol casse tes œufs et ajoute la purée de courgette, le fromage frais, le poivre, la cuillère à café d’huile d’olive et mélange pour avoir une texture ❝homogène❞.
  9. Déposer les pâtes cuites dans les ramequins/plat et verser la préparation des œufs. Mélanger à nouveau.
  10. Déposer le plat/ramequins sur la plaque FROIDE du four et ajouter de l’eau tout autour pour une cuisson Four ❝bain-marie❞.
  11. Enfourner pendant 20 min à 180•cimg_2504-1

Bon je te l’accorde la pésentation ne donne pas envie, tu peux le dire c’est pas joli. (faute à mon plat carré 😩)

Mais par contre Ꮥienna-ℛose et moi, avons adoré!