Amer tu m’as laissé #5cm

Ce sujet sensible pourrait être censuré. Il est réservé principalement aux femmes, et je m’excuse d’ores et déjà de peut-être heurter la sensibilité d’autrui. Cette histoire est mon histoire, cette histoire est personnelle et j’ai décidé de la partager, elle sera dégoutante pour les uns, glauque pour les autres. Cette histoire est aussi l’histoire de beaucoup d’autres femmes, beaucoup d’autres parents et est souvent très banalisée car … courante. Mais ça on le découvre qu’après en avoir parlé autour de soi, comme si on avait honte, discrètement, meurtrie.. Un tabou, la fausse couche est un tabou.

Ce petit carnet qui restera inachevé, et qui pourtant promettait un écrit d’amour sensationnel. Un carnet d’amour en cuir offert par ma soeur orné d’une ancre de bateau.
Le début d’une nouvelle histoire, brève.. Un minuscule bout d’histoire, 5 centimètres.

Comment te dire que l’on avait désiré cet enfant, j’avais calculé mes cycles. Je ne prenais pas ma température et j’essayais de ne pas bloquer là dessus. En quelques mois j’étais enceinte. Des projections, de l’euphorie extrême. Je me souviens de ce test acheté en plein après midi, il faisait déjà chaud en avril. Après ma journée, je suis allée chez ma grand-mère… Je n’arrivais pas à attendre, j’ai bu beaucoup d’eau. J’ai fait le test de grossesse qui indiqua 2 barres roses. PAS UNE MAIS DEUX, tout de suite!  BIMMMM

Comment te dire que j’étais confiante, et je me disais « arrivera ce qui arrivera« . Nous avons décidé avec Monsieur d’en parler. Trop d’émotions qu’on arrivait pas à garder pour nous. Puis lorsqu’on est heureux on partage encore plus, on dégueulait notre bonheur. Malgré les doutes qui se lisaient sur le visage des autres, je m’en fichais. J’étais enceinte et rayonnante. Pas de symptômes dérangeants, si ce n’est une fatigue extrême et une faim de loup. Au fil des jours, c’est l’envie de faire pipi qui a pris place (oui les hormones jouent la dessus en début de grossesse). Je travaillais chaque jour, et comme nous avions acheté une maison, je voulais avancer un maximum afin qu’on puisse se retrouver à 3 enfin 4 avec notre chat Roméo.

Première échographie géniale, de l’émotion. Minuscule bébé dans sa jolie petite bulle…

J’ai eu le temps de sentir des bulles et de caresser mon ventre à de nombreuses reprises. Je l’aimais tellement fort.

Puis la fatigue s’est accentuée, j’avais froid souvent alors que je ne suis pas frileuse du tout (la grossesse te prend énormément d’énergie et c’est donc un symptôme dit « normal »), j’étais pâle (sans carences cependant) mais je ne me plaignais pas je n’avais aucune nausée (ce qui avait le don de m’inquiéter parfois, mais vu la poitrine gonflée à bloc, je restais sereine et positive).

Ce jour de rendez-vous restera gravé dans ma mémoire. Monsieur est en tournoi de golf. Je suis sur Mons et je suis en pleine discussion avec un client. J’ai mal au ventre… Je pressens. Prise d’une légère panique je m’éclipse au toilette.. Filet de sang rouge. Après tout ça peut arriver lors d’une grossesse. J’avais lu sur internet qu’il y avait de nombreuses significations. Alors je me détends. J’appelle ma gynécologue. et on convient d’un rendez-vous quelques jours plus tard.

En attendant repos.

Les jours passent et les pertes sont capricieuses, un coup plus rien, un coup beaucoup plus. Les douleurs omniprésentes mais légères. C’est normal d’avoir mal, l’utérus s’agrandit, les douleurs musculaires sont fréquentes. Je m’inquiète..

JOUR J.

La voilà cette entrevue gynécologique.

Monsieur n’est pas là, je suis avec ma grand mère. Elle qui essaye de me rassurer de toutes les façons possibles. Qu’elle est belle, qu’elle est tendre, elle joue le rôle de maman, son meilleur rôle. Je me revois lui dire ne t’en fais pas, je le sais.. C’est la fin. Je connais mon corps, et je sais que la nature est bien faite.

C’est mon tour…

Je me « débarasse » et je me mords les lèvres. Je me souviens, la vue du sang impressionnante. Je me souviens avoir dit à la gygy qu’il ne fallait pas me mentir, qu’il fallait être cash, direct! Qu’il ne me fallait pas de pincettes. Je ne regardais plus personne, j’étais ailleurs, je flottais. Entre les tremblements, mes doutes et mon espoir crétin.

Ca fait mal. Ce regard désolé qui annonce l’improbable.
Une phrase anodine… « Le coeur s’est arrêté ». Je suis désolée.

J’ai fondu en larmes, et j’ai regardé furtivement vers elle, ma grand-mère. Qu’avais-je fait? Je l’avais amené à une écho, elle était émerveillée par la technologie. Et là par ma faute je lui infligeais ma douleur en pleine face, mon corps déplorable souffrant, je l’éclaboussais de souffrance de la plus violente des façons. Je m’en veux encore. J’ai vu dans ses yeux, qu’elle était tellement désolée, désolée d’y avoir cru, désolée de me voir en détresse, désolée de ne pas souffrir à ma place.

Voulez-vous un curetage?

Le silence… La honte… La nausée… Les tremblements… J’ai envie d’hurler!!! J’ai envie de m’enfuir… J’ai envie d’être seule… Je me rhabille et elle me demande à nouveau:

Voulez-vous un curetage?

Non, la vision de mon corps.. La vision de la scène ou l’on compte aspirer mon tout petit. Je ne peux pas. Je demande s’il est possible que cela se passe « naturellement », après tout je saigne déjà tellement. Je ne veux pas brusquer mon corps, ma tête et mon coeur le sont déjà suffisamment. Alors elle me prescrit LE médicament. Elle me dit que si je ne suis pas bien je peux revenir à l’hôpital (merci c’est gentil). Que ça risque d’être douloureux comme ça peut ne pas l’être. Le ressenti douleur d’une femme à l’autre n’est évidemment pas le même. Que ce médicament va déclencher « l’accouchement ». Oui oui des contractions d’accouchement. Ce sont les mêmes à peu de choses près. La seule chose qui différencie c’est que ce « bébé » ne fait pas 3kg, même pas 1. La seule chose qui change, c’est qu’il n’y a pas de vie après. La seule chose qui change c’est la douleur pour RIEN. C’est souffrir simplement. Souffrir physiquement ET mentalement.

Je vais donc être seule.. ( je n’ose imaginer imposer cette vision à quiconque, encore moins à mon chéri).

JE GERE!

CYTOTEC. Ce médicament qui va « aider » mon corps à « expulser » ce bébé en construction. Ce bébé en gros oeuvre.. Pas terminé… Pas joli… Mon bébé.

Le retour à la maison a été difficile, lourd, j’ai conduit. Bouleversée, désemparée, en colère, et en me rassurant qu’il valait mieux cela car je n’étais pas prête, très égoïstement, à élever un enfant ayant un handicap, que la nature était bien faite. Que c’était écrit…

Je revois la tristesse autour de moi.. Je me souviens des « la nature est bien faite », « tu sais à présent que tu n’es pas stérile », « tu auras un bébé la prochaine fois »…

Mais je m’en fiche, je voulais mon bébé, tout rond tout rose. Ces mots inadéquats.

Puis je me souviens aussi des autres remarques… Celles qui font mal, qui accusent et qui font culpabiliser encore plus.. « Tu en faisais trop », « Tu aurais du te reposer »… J’en ai une liste, mais je n’ai pas envie de gonfler ses souvenirs et cette rancoeur qui m’a achevée.. (contre une malformation ou un coeur qui s’arrête on n’y peut rien, la faute à « pa’d’chance »).

Ces mots.. Etaient inutiles, bêtes.. Personne ne sait quoi dire en de telles circonstances.. Le mieux est de ne rien dire. Chaque personne réagit à sa façon, il n’y en a pas de bonnes ni de mauvaises. C’est personnel.

Je me souviens, également, de ma visite chez le même pharmacien (le test de grossesse). Je me souviens de mes yeux gonflés, mes mains hésitantes, ma voix cassée.. J’ai donné l’ordonnance, du bout des doigts, honteuse.

– DU CYTOTEC, vous avez des douleurs gastriques?
– Pardon?
– Vous avez des ulcères gastriques?
– Le regard écarquillé, le coeur au bord des lèvres, j’ai balbutié dans un sanglot que j’essayais en vain d’étouffer « FAUSSE COUCHE ».

Les mots sont tombés comme un couperet. L’horrible réalité qui paralyse et rend confus.

Il y a ce regard.. Ce regard de compassion.. Ce regard qui vient de se rendre compte.. Ce regard fuyant…

Et il y a mon regard embué.
Pressée de sortir de cette foutue pharmacie avec ce foutu médoc.

Une seule envie, c’est qu’il parte… Je ne veux pas le garder… Cette vision même me terrifie. Je porte la mort en moi. Ce mini moi que j’aimais tant n’était plus.. Il était là, mais ne l’était plus. Je ne veux plus le porter… Je veux qu’il me libère.

Je n’aspire qu’à une seule chose, être seule. Roulée en boule dans mon lit comme lorsque j’étais petite… Roulée dans mes draps comme pour me protéger. Mais protéger de quoi au juste? De mon propre corps? De ce bébé en moi? De ma culpabilité? De ma tristesse? de mon échec?

Que c’est difficile de croiser le regard d’autrui et de dire… C’est fini.
Qu’il est difficile de croiser son propre regard en se disant… C’est fini.

Et puis ce moment redouté et attendu à la fois, cet instant où ta vie va être changée à jamais.

CYTOTEC

Cet article est déjà très long pour que j'écrive la suite maintenant.. Ce retour à cette réalité là me rend triste.. Alors je vais faire une pause.. La suite risque d'être un peu dérangeante. Te voila prévenu.

 

Publicités

Publié par

Bienvenue sur mon blog! Partage d'un quotidien et ses astuces, lifestyle, nutrition, bébé.. Mum comblée et Lady amoureuse.

20 thoughts on “Amer tu m’as laissé #5cm

  1. Waouhhhh ma belle je suis triste de cette histoire et je l’ai lut les larmes aux yeux…. Je trouve que malgrés ce que tu as ecrit au début ton récit est tendre de ce foutu amour que tu as eut pour LUI

    Aimé par 1 personne

      1. Je sais bien maintenant que tu as suremonté les 9 mois de grossesse avec ta fille et maintenant qu’elle est là je sais et le doute que tout est different mais malgrés tout cest ton histoire et ça aurait été ton bébé… LOVE

        Aimé par 1 personne

  2. Oh non…. Tu m’as fait pleurer… Voila…. J’ai aussi vecu la fausse couche mais differement moi quand j’ai su que j’étais enceinte par un test mon corps etait deja en train de l’expulser le lendemain…. Cause du rhesus négatif que je suis. C’est différent de ton histoire. Ca arrive tellement du moins trop souvent. Que cet article est beau. Sincère. Tu sais que tu pourrais ecrire des livres tu ecris tellement bien. Je bois tes mots. Bravo, vraiment. Magnifique. Plein de courage maintenant sienna rose est la meme si ca n’efface pas cette douleur que l’on ressent ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Oh pardon ma jolie.. je ne me souviens pas ou alors on a jamais abordé le sujet 😳 tu es négatif???? Mais c’est dingue!!! Moi aussi… dans la deuxième partie justement je comptais expliquer le problème du rhésus !!!! On a plus de similitudes que je ne le pensais deja … merci pour tes mots gentils… depuis on a fait du chemin… ❤️ le carnet reste là mais depuis on y pense autrement ..

      J'aime

  3. harf….. ces mots j’aurais pu les écrire… mes pensées rejoignent les tiennes… j’en ai fait une il y 1 mois et demi… j’étais avec ma fille et mon amoureux aux urgences et pareil … « son petit cœur ne bat plus »… ce petit cœur que j’avais vu battre 1 semaine avant… n’était plus rien… et puis là aussi ma peine a éclatée au visage de ceux présents ds cette salle… ma fille en premier: « ne pleure pas maman, le docteur il va te soigner- j’ai perdu le bébé mon cœur- ho ben on va le chercher alors- non mon ange il est parti, il est mort… »
    oui, … la nature est bien faite … parce qu’à travers ça, j’ai eu Lénaïc et toi Sienna-Rose… la nature est bien faite!
    Bisous!

    Aimé par 1 personne

    1. Oh ….. je ne sais que dire… de peur d’être maladroite… les mots de ta fille m’ont donné des frissons… cette innocence et cet amour, ce petit étre qu on a envie de protéger… et qui en fait nous enveloppe … la douleur est difficile à gérer.. le temps fait bien les choses meme si parfois je trouve la vie un peu injuste … mais tu as raison nous avons deja un enfant merveilleux… et la nature fera le reste… je te souhaite que cette épreuve te soit plus douce avec le temps, que l’on oublie rien mais qu on vit avec… que c’est difficile mais que ça fait avancer. Je te souhaite beaucoup d’amour et de soutien… je t e souhaite de bien bonnes choses à l’avenir 🙂 et je t’envoie des ondes positives au possible 💕💕💕

      J'aime

      1. aussi bizarre que cela puisse paraître… mon deuil a été « facile »…. il n’y avait rien d’autre à faire que d’accepter… et puis j’avais ce pré-sentiment depuis le début que qqch clochait…
        J’avais hâte aussi qu’il se décroche une fois l’annonce faite… et mon corps a fait le reste… sans médicaments… mais cette douleur… un accouchement sous silence…
        Merci pour tes ondes positives… qui sait… j’ai un utérus qui cherche un locataire! 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Moi j’avoue que c’était tres paradoxal la suite … je m y suis vite ❝résignée❞ j ai tres vite accepte car pressentiment… je te souhaite un magnifique +++++ et des couches par milliers 😍😍😍😍😍😍😍 mais je suis certaine que ça arrivera plus vite que tu ne l’imagines 😘😘

        Aimé par 1 personne

  4. harf… ces mots j’aurais pu les écrire… mes pensées rejoignent les tiennes… j’en ai fait une il y 1 mois et demi…j’étais aux urgences avec ma fille et mon amoureux… pareil…. cette phrase… « son petit cœur ne bat plus »… ce petit cœur que j’avais vu battre 1 semaine avant… n’était plus rien…et puis, ma peine a éclatée au visage de tous ceux présents ds la salle, ma fille en premier: « ne pleure pas maman, le docteur il va te soigner-j’ai perdu le bébé mon ange-ho attends on va le chercher-non mon cœur, il est parti, il est mort… »

    Alors oui la nature est bien faite, ce petit bouchon c’était juste lui et moi, il n’était fait pr rencontrer personne d’autre que moi et il est arrivé au moment où j’en avais le plus besoin… c’était juste lui et moi…. très court mais l’une des plus belles leçons de vie…

    Et oui la nature est bien faite… parce que tu as Sienna-Rose et que moi j’ai Lénaïc!

    J'aime

  5. J’ai vécu plus ou moins la même chose! Après des mois d’essai une première iac ( insémination entre conjoint) les résultats tombent postifs! Je suis folle de joie, mister aussi et dans les jours qui suivent l’horreur en me levant le matin je perd du sang. On part directement à l’hôpital mais c’est trop tard, le médecin m’annonce que je fais une fausse couche!
    La douleur physique n’est rien comparé à la douleur morale. Et je suis d’accord avec toi la pire ce fut les mots de mon entourage soit disant pour m’aider j’avais juste besoin de pleurer et de hurler… J’avais perdu mon bébé
    Deux ans plus tard je suis maman d’un petit garçon ca m’a donc permis de passer à autre chose mais cette douleur reste et je pense qu’elle restera toujours

    Aimé par 1 personne

    1. OUI c’est vrai que la douleur morale est beaucoup plus intense.. je ne comprends pas les réactions de certaines personnes.. même si on ne peut se mettre à la place de quelqu un d’autre il faudrait tout de même réfléchir à certains propos.. je réfléchis souvent avant de parler pour cette raison.. ne pas blesser autrui :/ un enfant ne remplace pas l’autre comme peuvent le dire les gens… c’est ridicule de le penser d’ailleurs … le temps fait son travail.. mais les blessures au plus profond des entrailles meme si elles cicatrisent laissent la marque indélébile … la maternité et ses côtés sombres. Devenir maman c’est quand même le plus difficile des rôles. ❤️❤️❤️

      Aimé par 1 personne

  6. J’ai eu des frissons de tristesse en lisant ton article. Je ne peux pas comprendre la douleur que tu as pu ressentir car je ne l’ai pas vécu, mais je suis vraiment bouleversée par ce que tu as pu vivre.

    En tout cas, une chose est sûre, les phrases que tu as pu entendre me désolent terriblement. Comment peut-on dire ça à une maman qui vient de perdre son enfant ? Le manque de tact, la maladresse. Parfois, certaines personnes feraient mieux de s’abstenir.

    Aimé par 1 personne

    1. Ton message me touche beaucoup … c est vrai que les gens n’ont aucun tact surtout quand tu sais de qui ça vient .. mais c est un autre débat tout a fait . Parfois il est préférable de se taire surtout pour débiter ce flot de paroles 😤😞

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s