C’est comment après? #jamais2sans3

Comment vit-on une grossesse après
une fausse couche?

Comment vit-on une grossesse tout court?

Je n’ai pas la réponse universelle, elle n’existe pas!
Alors je vais te parler de mon expérience, de mon vécu et de mes ressentis.
Décembre 2014, je suis enceinte… Juste avant les fêtes, je ne suis pas prête! C’est pas le moment. Je pleure en regardant à deux fois ce test (le 2ème) que je tiens entre les mains. Ma meilleure amie au téléphone et Vincent dans l’autre pièce qui ne va plus tarder à partir pour son habituelle séance de sport.  Je sèche mes larmes et je le rejoins.

Il m’embrasse et je m’effondre, en m’excusant, c’est pas ma faute, je voulais pas, c’est pas le moment… (il y a un bon moment?). Je lui tends le test et on reste cons.
Enfin une blonde qui pleurniche comme dans les dessins animés, et un grand brun qui ne sait plus quoi dire…

On s’y attendait pas à cette ❝surprise❞.

J’ai attendu avant d’en parler (enfin ça dépend à qui…). Puis j’ai pris du recul avec ce bébé. À quoi bon m’y accrocher si lui même décide de s’en aller au bout de quelques semaines…

Alors j’ai fait un léger déni… Sans Trop me réjouir… Sans savoir où j’allais… j’en pleurais beaucoup au début. Je culpabilisais sans doute un peu.  Au moment même où je ne programme plus de bébé, voilà qu’il débarque tout seul!

1 ère écho… J’ai changé de Gyneco. Un gars mega réputé, chef de service en prime 🎉 c’est lui et personne d’autre! Je suis tendue, lui il plaisante… tout va bien! Je suis suivie de près à cause de mon rhésus sanguin négatif (ben oui Monsieur lladymum est positif lui, autant compliquer les choses). La première Gyneco ne s’y était même pas intéressé à ce ❝détail❞. Et pourtant je peux t’assurer que c’est super important, même vital!

Bébé est en pleine santé aussi (le premier aussi hein!alors j’ai un peu de mal à me réjouir). On se cale un autre rendez vous pour voir l’évolution de cet embryon de quelques millimètres.
J’en ressors et je ne suis pas certaine de tout suivre. Spectatrice cette fois… Je n’arrive pas à détacher les évènements précédents… Je n’arrive pas à savourer…

Nous voilà en février 2015, mois de mon anniversaire, c’est là que je vais enfin révéler au grand jour que je suis enceinte! C’est là que tout va changer!

Je participe enfin aux échos, même si en début d’examen je suis raide et je retiens mon souffle à l’idée d’entendre ❝le cœur ne bat plus❞. Mais le Gyneco ne me laisse jamais le temps de poser la question.

Cette grossesse je suis nerveuse… je l’apprécie et je m’accroche enfin à ce bébé garçon (tu as raté le sujet sur l’annonce du sexe de ce bébé farceur qu’est Ꮥienna-ℛose? Tu peux te rattraper ici).

À partir du moment où je commence à apprécier cette maternité naissante, c’est mon cœur et ma tête qui font des siennes, Trop de questions! Trop d’angoisses. Et si? Et si? 

L’écho morpho me terrifie, peur qu’on m’annonce une anomalie. Peur que les anticorps viennent tuer ce bébé qui évolue de jour en jour.. Puis ce bébé devient mon tout! Il a un sacré rôle ce bébé! Il répare mon âme ce bébé!

Écho du 6ème mois, ce n’est pas un garçon mais une fille! Une petite fée! Je porte une petite fée qui nous joue des tours dès le départ. Je l’aime si profondément! Je caresse mon ventre très tendrement, je ne cesse de lui parler, je joue avec elle malgré cette paroi qui nous sépare. Elle fait partie de moi et je m’inquiète pour elle. J’ai l’impression de la protéger de tout mais… Si je me trompais? Si mon corps faisait une erreur… Alors je stresse et chaque écho devient une drogue autant qu’un moment redouté..

je me souviens, je vérifiais mes symptômes, je vérifiais chaque passage au toilette à la recherche d’un minuscule filet de sang, je m’attardais sur chaque minuscules symptômes qui pouvaient s’apparenter à un mal de ventre, une contraction? Une fausse couche? Je me souviens d’avoir pris des vitamines chaque jour pour l’aider à ne manquer de rien! Je me souviens avoir chanter à tue tête chaque jour dans ma voiture en allant travailler. Je me souviens de cette joie immense lorsqu’elle bougeait… Et puis la peur qui paralyse lorsqu’elle ne bougeait plus pendant plusieurs heures… Alors je mangeais quelque chose de sucré qui puisse lui faire envie! Je me souviens d’avoir eu peur d’un hoquet qui s’éternise. Tu as compris, j’étais à l’affut de tout, et stressée de tout.

En fin de grossesse, j’avais peur de l’accouchement mais à la fois j’étais pressée et je priais pour que tout se passe bien (même si tout a été tres différent de ce que j’avais imaginé). L’accouchement a été génial! Magnifique moment dans une lumière tamisée, avec des huiles essentielles qui embaumaient la pièce, monsieur à ma gauche qui ne cessait de m’asperger le visage, et cette progression de Ꮥienna-ℛose.

Ce moment où je l’ai prise dans mes bras. Ce moment que je n’arrivais pas à réaliser… un trop plein! Elle était là, plus belle que dans nos imaginations respectives. Si forte, si vaillante, si douée, si ELLE ♡ je suis tombée en amour, une dépendance indescriptible, une admiration sans limite.

Ma Ꮥienna-ℛose d’amour. Si tu savais que tu as tant fait sans le vouloir. J’ai essayé d’être la meilleure Maman qu’il soit et j’essaye encore chaque jour. Avec mes défauts et mes faiblesses. Tu passeras toujours avant tout le monde. Et même si on peut me le reprocher, c’est toi et personne d’autre. Merci d’avoir fait de moi ta Maman.


Décembre 2016, surprise je suis enceinte! Je l’avais pas vu venir non plus celle ci 😂. Décidément un corps farceur. Même DPA. Mais pas la même grossesse.

Les mêmes symptômes bien que les nausées soient plus sévères. Mais mon moral est différent. Je suis sereine.. Je me ménage moins, je suis moins craintive. Les Échos se passent sans que mon cerveau ne me fasse défiler des scènes dramatiques. Je me réjouis et meurs d’impatience de la revoir cette deuxième princesse. Je ne la connais pas mais je lui ai accordé plus de temps dès le départ, plus de confiance, sans la mettre au défi de me prouver que c’était possible à nouveau. Je lui en accorde moins en règle générale car Ꮥienna-ℛose me prend beaucoup d’énergie. Et même si je suis crevée et que j’appréhende ma condition physique à l’accouchement, je suis sereine.

Et ce même si je viens de passer une soirée aux urgences car j’ai cru que ma poche s’était fissurée… Je suis sereine. (Bon sur le coup j’étais pas rassurée quand même hein).

Je ne m’inquiète pas autant dès qu’arrive un nouveau symptôme, je n’imagine pas le pire en premier lieu. J’en fait plus et pourtant je sens que mon corps n’arrive pas à suivre.

J’ai par contre toujours cette peur de l’accouchement, enfin pas de l’accouchement en lui-même. Non j’ai peur des complications, de tout ce qu’on ne peut prévoir à l’avance. Une grossesse à beau être merveilleuse ou catastrophique, l’accouchement lui est complètement à part, tout peut se dérouler parfaitement comme tout peut vite déraper et finir en tragédie.

J’ai hâte qu’elle soit là mais j’essaye de profiter un max d’elle dès à présent. Elle commence à réagir à l’haptonomie, et je ne crie plus après Vincent lorsqu’elle bouge..

Je suis ravie mais je savoure égoïstement. ℒilas-ℬeℓℓe file des coups dès que Ꮥienna-ℛose se pose sur mon ventre. Je crois que la complicité est déjà naissance entre elles deux (ou pas).

Je les imagine souvent ensemble, et peut-être que je me trompe mais j’imagine Ꮥienna-ℛose si douce, si bienveillante, sournoise aussi, mais elle a bon cœur et est une petite fille si géniale. (Je suis objective je te dis).

Je me demande comment elle sera?


Quand je compare les deux grossesses, Ꮥienna-ℛose était particulièrement vive! Elle gigotait et faisait la fête à longueur de journée. Elle s’amusait à déformer mon ventre ce qui avait le don de m’horrifier. Très réactive aux mouvements de nos mains, elle adorait se coller dès que Vincent y posait la sienne.

ℒilas-ℬeℓℓe, elle, me paraît ❝timide❞, sur la réserve. Comme si elle avait peur de déranger. Je l’ai senti bouger très tardivement. Mais je peux déjà apercevoir sa ❝filouterie❞.

Ce qui est certain c’est que je l’aime d’un amour infini. Je sais à présent qu’un cœur de Maman devient plus grand encore… Qu’en effet il est possible d’aimer deux personnes avec une si grande intensité. (Et dire que je ne l’ai pas encore rencontré).

J’ai hâte des câlins à 4 même si je redoute les débuts niveau organisation. Même si j’espère pouvoir tout concilier. Même si j’espère pouvoir gérer la fatigue aussi bien qu’avec Ꮥienna-ℛose (mais dans le fond, j’en doute).

Une grossesse n’est pas l’autre, et je ne me tracasse plus comme avant. Je savoure d’autant plus. ♡

Maman Louve dans l’âme, mes enfants avant tout…

Et toi? Comment ça se passe? 

D’une grossesse à une autre?

Des bisous magiques ♡

Publicités

Publié par

Bienvenue sur mon blog! Partage d'un quotidien et ses astuces, lifestyle, nutrition, bébé.. Mum comblée et Lady amoureuse.

2 thoughts on “C’est comment après? #jamais2sans3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s