Accouchement César #monamour

Nous sommes le 1 er avril et je n’avais pas spécialement envie que tu arrives ce jour là précisément.

Pas le jour d’une blague mondiale! Personne n’y aurait cru dans ce contexte de ❝ guerre sanitaire ❞.

La journée est ponctuée par deux contractions violentes alors que je termine le goûter avec mes deux grandes (si petites, encore pourtant).

Rien de particulier en soi, car tu me fais marcher depuis des jours avec du semblant de travail puis rien petit garçon dans mon bidon.

Premier bébé à aller à terme. Tu as bien raison il est plus prudent de rester au chaud un Max et de prendre des forces dans ce monde qui ne tourne pas toujours très rond. Si j’étais toi, j’aurai également cette envie d insouciance et de confort permanent. Pourtant je n’attends qu’une chose tant je suis au bord de l’épuisement. Plusieurs mois à accumuler bien des maux.

Plus les heures avancent plus je sens une pression dans le bas ventre. Tu me connais… Je vérifie ce que j’ai pris, je préviens ma cousine la plus proche que je sens que c’est imminent. J’ai passé une très mauvaise journée ainsi qu’une très mauvaise soirée…

Le baluchon des filles, le baluchon de mon unique garçon. Tout est prêt, près de la porte.

Le silence reprend ses droits sur la maison endormie. Je tourne en rond, je me sens dérangée intestinalement parlant, je me dis que c’est un signe de plus.

Je suis sereine. Je le sens je vais accoucher. Ma seule crainte? Ne pas arriver à temps a l’hôpital… il est 23h et je prends une douche. 

J’ai un tout autre projet cette fois et ce depuis la catastrophe d’accouchement de ilas-eℓℓe où j’étais principalement inconsciente..  Je veux une péridurale car j’ai peur de ne pas gérer. Moi la maman naturelle anti médoc! Comme quoi hein…

J’avais déjà perdu le bouchon muqueux quelques jours auparavant. Je sens les vagues de contractions apparaîtrent doucement mais sûrement malgré les douches. Des allers retours dans les escaliers, du ballon pour faire danser mon bassin…

J’ai mal et je contracte toutes les 5 minutes. C’est un troisième (hors FC). On doit déposer les filles à 12 minutes de chez nous, et ensuite nous avons 16 minutes jusque l’hôpital.

Il est minuit. Je réveille Vincent, il prend une douche il n’y croit pas.

Je réveille doucement ienna-ose qui me demande si je vais à l’hôpital pour son frère je réponds OUi. Elle saute hors de son lit enfile ses chaussures et son gilet et je la dépose dans la voiture chargée. Je réveille doucement ilas-eℓℓe qui ouvre ses grands yeux tout en serrant Potam et hop voiture.

Nous sommes en plein confinement, il est 1h du matin! La police nous arrête, je contracte, monsieur à oublié son permis de conduire et même sa carte d identité. lE SKETCH! Quelques minutes plus tard les filles sont en lieu sûr, et nous avons confirmation juste après notre départ qu elles se sont endormies (j’avais peine à y croire en partant tant elles étaient excitées).

On arrive à la maternité et il est troublant de voir que les urgences sont vides. Qu’il y a des barrières partout et tout un parcours de désinfection… on vient nous chercher, on est VIP. L’hôpital est désert c’est très étrange et rassurant à la fois.

Il est bien 2h30 quand le monito se termine et le check up des symptômes, dernières pds et examens sont passés au crible.

Ma poche des eaux est intacte et les sages femmes ne sont pas envahissantes. Très respectueuses du travail ❝ naturel❞ et c’est tant mieux.

Les contractions sont régulières, le col est ouvert à 4 il est 4h du matin. J’accueille chaque contraction avec douceur… Je respire pour les accompagner… présentes mais douces, des vagues. Je demande à ce qu’on vérifie mon col vers 9h du matin je suis à 7 ça stagne un peu mais le col travaille toujours Et la poche des eaux bombe un Max… aucun décollement rien de rien.. on laisse aller.

L anesthésiste passe dans le service et on me la propose selon mes demandes initiales en me précisant juste qu’après ce n’est plus certaine qu elle soit encore disponible. Très peu de personnel dans l’hôpital…  Le travail peut vite passer la vitesse supérieure..

J’accepte. Je récapitule que j’ai sans doute ma tension qui va chuter et on décide de partir sur quelque chose de très peu dosé, le minimum…

Tension qui descend à 5, je le sens avant même que la sage femme m’annonce le truc car j’ai le temps de souffler ❝  je me sens partir ❞ .

Elle me place tout de suite sur le côté. Je respire profondément et je sors tout ce que j’ai de positif dans le fond de ma tête. J’effectue un travail titanesque pour me dire que je vais y arriver que cette fois je vais être consciente à ce dernier accouchement. Je me concentre sur ma respiration, sur César que je sens toujours d’ailleurs, sur ses mouvements et aussi de nouveau sur les contractions qui elles aussi sont toujours très présentes et plus rapprochées.

Je vais mieux, sans doute l’effet du médicament mais je suis sûre que mon mental y est pour quelque chose.

Je n’ai pas une grande tension mais elle se situe à 8 avec quelques fluctuations. On fait le point et l’extérieur de la jambe droite est endormie… le fait de m’être mise sur le côté   A engendré une mauvaise diffusion de la péri.

D’un coup j’ai une montée de stress… JE VOULAIS UN ACCOUCHEMENT SEREIN ET UN MAX SANS DOULEUR. Raté!

Je précise à la sage femme qu’il nous reste peu de temps, elle me demande pourquoi? Je lui explique que ienna-ose est née à 12h51 am, ilas-eℓℓe à 12h22 PM Et que du coup je veux accoucher entre 12 et 12h59! Elle rigole et me rassure en me disant que c’est jouable.

Il est 11h55 quand elle revient et elle me demande si elle peut m’examiner, j’accepte. Mon col vient de passer de 8 à dilatation complète juste en 3 secondes, là d’un coup, la poche des eaux se rompt quelques minutes après…  La poche des eaux cette précieuse alliée qui fait que je n’ai pas souffert pendant le travail! Je ne comprends pas pourquoi les gens veulent la rompre à tout prix… Juste ça accélère le travail…

La sage femme s’installe et je lui dis que j’ai vraiment mal! Que ça vient. Qu’il vient.

Les contractions  sont intenses et je respire. Je visualise mon petit garçon, je l’imagine comme dans les vidéos sur YouTube, me refaisant le processus. J’ajuste ma respiration sur chaque contraction et je me concentre sur les vagues.. elles viennent et elles repartent inlassablement.

C’est coup sur coup avec très peu de repos entre chacune… je dois pousser mais j’ai l’impression que mes entrailles explosent littéralement! Je n’ai pas le temps de reprendre ma respiration que c’est reparti de plus belle!

Putain de péridurale!! Tout ça pour ça???  Je lance un ❝ je ne veux pas d’un quatrième ❞ et je meurs de chaud!

Je transpire et Vincent me dira par la suite qu il m’avait trouvé brûlante. Il a du m’arroser pendant tout le travail.

Je me sens déterminée et pourtant je tremble de peur devant la douleur. Quelques regards rapides vers Vincent qui est là avec son masque, j’ai du mal à respirer avec le mien. Cette scène est très étrange…

Il parait qu’il a des cheveux! Je pousse, de toute façon mon corps se lance seul dans cette quête. C’est incontrôlable, animal, instinctif. Mon corps sait, mon bébé me guide et moi je suis, j’accompagne.

Je souffle fort, je reprends ma respiration et j’y vais de plus belle. Mes os me font souffrir, j’ai cette sensation de craquer… Je sens que ça brûle, je sens qu’il est là. La sage femme me l’indique à son tour. Je veux qu’il sorte je ne pense qu’à le sortir, ça me gêne, ça me consume littéralement, je lance des ❝ j’ai mal, j’ai vraiment mal ❞ entre deux souffles.

❝ ne poussez plus!!!! ❞

Mais je ne contrôle rien! Je te promets je ne contrôle rien du tout. Focalisée sur les vagues et sur cette rencontre toute chaude Et imminente.

12h24

Il sort comme un bouchon, il manque de glisser la sage femme rigole. Je me sens soulagée…

Je vois les yeux de l’homme, ils sont humides Et j’ai envie de lui crier que je l’aime.

C est son troisième et il a encore cette vague de sentiments qui le submerge lui aussi. Son premier petit garçon, notre conquérant ♡

Son corps est chaud! Il crie de suite!

Il est là beau, lisse les yeux grands ouverts et ses cheveux …

Je ne le connais pas, on va devoir s’apprivoiser.

Le cordon est enfin blanc, Vincent le coupe Et on nous laisse tranquille pour 2 bonnes heures…

Il a trouvé la route du lait Et ne s’est pas fait prier pour téter. Le corps est magique. A peine sorti son repas est prêt, sur mesure, tout chaud et sucré. Moi j’ai du patienter pour avaler quelque chose 😂 (la vérité est que j’ai quand même dévoré à moitié le sandwich que l’homme avait acheté 😂) 

A mon plus grand étonnement je n’ai eu aucune déchirure interne cette fois ci (les deux précédentes OUI). Pas d épisiotomie car ils ne sont clairement pas pour. Ils ne pratiquent pas l aspiration nasale non plus et attendent pour la pesée et les mesures  même si on voulait savoir après notre peau à peau (surtout que j’avais pour objectif de sortir le lendemain matin).

Cet accouchement a été parfait. Un travail

Encore plus doux que pour ienna-ose, une délivrance plus musclée pour sûr! Hahhaha mais un bonheur et une réconciliation avec les ressentis de ilas-eℓℓe … une réconciliation avec mon propre corps également. Une reconnaissance envers mon petit homme. Et de l’admiration devant la beauté qui vient d’anéantir le chaos de l’extérieur.

Pas une seule fois je n’ai pensé au covid à l’hôpital. Pas une seule fois je n’ai eu peur de le contracter parmi ces couloirs qui font un peu peur.

Alors qu’avant d y rentrer, j’avais beau vouloir être positive, j’étais assez effrayée.

Je souhaite un accouchement de rêve à la hauteur des espoirs de chacune♡ malgré nos différences de projets, malgré nos ressentis et expériences différentes. Je souhaite à chacune d’être en phase avec elle même et de ne percevoir que l’essentiel. Plus rien ne compte de toute façon devant la vie!

L’amour que j éprouve pour ce bébé tout neuf est … innommable. Je n’ai pas les mots! Je suis amoureuse encore une fois.

Mon tout petit bourgeon.

J’ai une énorme pensée pour le personnel qui a redoublé de gentillesse et de bienveillance. Rien n’a été intrusif et c’était parfait. Juste parfait.

Merci la vie. Merci l’amour.

Merci mon corps. Merci tout court.

 

 

Publié par

Welcome :) Partage d'un quotidien (maman-bébé) naturel, green, bio. Recette healthy pour grands et petits. Astuces et ressentis.

2 commentaires sur « Accouchement César #monamour »

  1. Coucou 🙂 olala que d’émotion j’adore ! Épique le passage avec le policier mdrrr on dirait que tu l’as vraiment attendu ton petit bonhomme ^_^ c’est vrai que c’est que du bonheur d’être maman d’un petit mec 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s